Énergie Est et les glissements de terrain du printemps

Même si nos premiers ministres Trudeau et Couillard ont signé dans la joie... (Archives La Presse)

Agrandir

Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Point de vue
Le Soleil

(Québec) Même si nos premiers ministres Trudeau et Couillard ont signé dans la joie l'accord sur le climat, à Paris, afin de lutter contre les changements climatiques, le printemps 2017 a frappé le Québec avec de fortes pluies, inondé plusieurs villes du Québec, détruisant des résidences et des vies, et entrainé plus de 168 glissements de terrain au Québec.

La Mauricie a été plus durement frappée que les autres régions, au niveau des glissements de terrain. Que se passera-t-il, si jamais, comme on le sent venir, Ottawa et Québec décidaient d'accepter la construction de l'oléoduc Énergie Est dans la vallée du Saint-Laurent, là où l'argile sensible couvre d'importants segments de territoires?

Non seulement l'augmentation de la production pétrolière des sables bitumineux vont accroitre les changements climatiques, le Québec subira les plus importants préjudices, car la vallée de l'Outaouais et la vallée du Saint-Laurent sont truffées de nombreuses rivières et que la présence de la mer de Champlain a fait en sorte qu'il y a de nombreux dépôts de sables silteux, de marne sensible et d'argile très sensible à la saturation par un apport d'eau additionnel, ajouté aux vibrations causées par la circulation lourde, surtout sur des chaussées en mauvais état, et vous avez tout ce qu'il faut pour que n'importe lequel oléoduc soit brisé comme une allumette.

La complexité de la réparation de l'autoroute 25, où un cratère a été découvert du jour au lendemain, n'est pas étranger à la présence d'argile sensible et des vibrations causées par la circulation, le tout entrainant la liquéfaction de l'argile présente sous et à proximité de la 25.

Une évaluation exhaustive de toutes les zones sensibles aux glissements de terrain doit être faite, au-delà des intérêts financiers de ceux qui voudraient importer au Québec des risques qui feraient du Québec la honte internationale d'avoir accepté que le joyau que constitue le Saint-Laurent soit pollué à jamais.

Il y a de grands experts dans plusieurs universités du Québec, dont certains sont spécialisés sur la présence d'argile sensible dans notre sous-sol et qui sont bien documentés. On devrait les consulter dès maintenant.

André Mainguy, Longueuil




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer