Nos enfants ciblés par la publicité

Le Québec est le seul endroit en Amérique... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Le Québec est le seul endroit en Amérique du Nord où la publicité destinée aux enfants âgés de moins de 13 ans est toujours interdite.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Point de vue
Le Soleil

(Québec) Chers parents,

Vous ignorez peut-être la masse de publicité que voient vos jeunes sur des aliments et boissons à faible valeur nutritive.

Ce n'est pas de votre faute. Les entreprises de produits alimentaires et de boissons exercent leur emprise sur nos enfants.

Il y a 25 ans, les parents pouvaient s'attendre à voir et contrôler la plupart des publicités auxquelles leurs enfants étaient exposés. Aujourd'hui, même les parents les plus consciencieux ne sont pas en mesure de le faire.

Les enfants sont ciblés par la publicité d'aliments et de boissons à faible valeur nutritive à la télévision, à la radio, dans les magazines, dans les jeux vidéo, dans les films, sur les panneaux publicitaires, par le placement de produits et par le parrainage d'événements et d'équipes. L'industrie fait régulièrement appel aux célébrités et aux personnages pour capter leur attention. Des publicités les attendent aussi où ils se rassemblent, comme dans les arénas, les centres récréatifs et les écoles.

La situation a empiré au fil des ans. Les nouvelles formes de publicité numérique permettent aux entreprises de cibler à bas prix les jeunes avec leurs propres sites Web, ainsi que par des bandeaux, fenêtres et vidéos publicitaires sur d'autres sites, ou encore au moyen d'applications, d'alertes ou d'annonces commerciales et de textos. La publicité alimentaire est aussi intégrée aux publications des vidéoblogueurs sur YouTube.

La plupart de ces entreprises sont très présentes sur les médias sociaux, ce qui leur permet d'interagir avec vos jeunes. L'utilisation des jeux vidéo promotionnels étant répandue, les enfants sont exposés à la publicité pendant des heures sans que ni eux ni leurs parents ne s'en rendent compte. En transmettant le lien à leurs amis, ils deviennent annonceurs à leur tour.

Le marketing en ligne est très différent. Dans bien des cas, il permet aux enfants d'interagir avec le produit, et fait appel au ciblage publicitaire basé sur leur comportement et au ciblage géographique. Le Code de la publicité radiotélévisée destinée aux enfants limite cette dernière à quatre minutes par émission de 30 minutes pour enfants. Toutefois, la publicité d'aliments et de boissons sous forme numérique ne fait l'objet d'aucune restriction.

Plus tôt cette année, mon équipe de recherche et moi-même avons entrepris de mesurer l'ampleur de la publicité numérique d'aliments et de boissons destinée aux enfants. Nous nous attendions à de gros chiffres, mais les résultats nous ont renversés. En un an, à l'échelle du pays, les enfants de 2 à 11 ans ont vu 25 millions de ces publicités - dont 90 % concernent des produits à faible valeur nutritive - sur leurs 10 sites Web préférés.

Il est clair que les taux d'obésité sont influencés par la masse de publicité à laquelle sont exposés les enfants. 

L'industrie alimentaire s'est dotée d'un système volontaire censé limiter la publicité destinée aux enfants sur des aliments et boissons à faible valeur nutritive. Ce système ne fonctionne pas. J'ai mené plusieurs études pour évaluer l'influence de l'autorégulation en matière de publicité alimentaire, et les résultats indiquent de manière convaincante qu'il s'agit d'un échec.

Heureusement, nous avons un modèle qui fonctionne au pays. Depuis 1980, le Québec interdit la publicité commerciale de tous biens et services destinée aux enfants de moins de 13 ans. Il est temps que le reste du Canada emboîte le pas. Par ailleurs, la restriction devrait aussi englober les adolescents, et la loi devrait encadrer toute l'étendue de la publicité.

Tous les parents veulent que leurs enfants soient élevés dans la santé, mais ils ont besoin d'aide pour y arriver. Une réglementation fédérale de la publicité d'aliments et de boissons serait un bon moyen de les épauler. Les preuves à cet effet ne manquent pas.

Donnons aux parents le coup de main dont ils ont besoin pour que leurs enfants grandissent en santé.

Monique Potvin Kent, professeure adjointe à l'École d'épidémiologie et de santé publique, Université d'Ottawa




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer