Le cri du coeur de résidents du Vieux Québec

La Maison Béthanie... (Photothèque Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve)

Agrandir

La Maison Béthanie

Photothèque Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Point de vue
Le Soleil

J'ai rencontré le 26 juin des résidents du Vieux Québec engagés dans le processus référendaire autour du projet d'un promoteur pour la Maison Béthanie, vraisemblablement le dernier qui aura lieu à Québec, compte tenu des dispositions incluses au projet de loi 122 voté dans les dernières journées de la session parlementaire.

Le promoteur a demandé un changement de zonage afin de pouvoir y aménager 20 appartements, plutôt que les 12 autorisés par le règlement de zonage actuel.

Donner la parole à ces personnes apparaissait comme un incontournable, aussi bien le point de vue du promoteur que celui de la Ville ont déjà été exposés dans les médias.

Ces deux personnes du regroupement informel de citoyens qui militent pour conserver l'actuel règlement de zonage pour la Maison Béthanie, me rappellent d'abord que ce secteur du Vieux Québec, appelé communément le Quartier latin, est un quartier résidentiel depuis le XVIIIe siècle, c'est le plus vieux quartier résidentiel en Amérique du Nord. Il fait partie du patrimoine le plus précieux, non seulement de Québec, mais également de l'ensemble du Québec. À leurs yeux, le quartier doit rester vivant. 

Pour ce faire, le quartier doit être habité par des familles qui vont demeurer de façon permanente dans les logements à construire dans la Maison Béthanie. Bien entendu, des familles ne peuvent habiter dans des tout petits logements dont sept, selon le promoteur, seront des studios et six seront l'équivalent d'un trois et demi, ne disposant que d'une chambre. C'est donc dire que près des deux tiers des appartements de l'actuel projet ne seront pas destinés à des familles avec un ou plusieurs enfants. Le projet du promoteur ne comporte que trois grands logements, soit 15 % de l'ensemble, à moins bien sûr, de considérer des quatre pièces et demi comme de grands logements.

Ces résidents du Vieux Québec me disent que la question du patrimoine bâti leur tient vraiment à coeur. Ces maisons sont habitées par des gens qui en prennent soin et veillent à leur amélioration tout en tenant compte des normes du ministère de la Culture à cet égard. Ce sont de telles maisons qui font le charme indéniable du Vieux Québec. 

Ils estiment toutefois que d'accroître le nombre de logements dans cette maison patrimoniale, surtout par le biais de petits appartements, risque de briser l'équilibre social existant dans ce milieu déjà mixte (deux coopératives, un HLM) et proche de beaucoup de services dont un CPE, des écoles primaire et secondaire, une auberge de jeunesse. Ils insistent sur le risque de commercialisation de ce quartier si proche de la rue St-Jean. Ils espèrent qu'à l'instar de certaines villes touristiques - Amsterdam est citée à titre d'exemple, où la population a réussi à sauvegarder un petit quartier historique et il n'en est résulté que des bienfaits, dont la revitalisation du quartier qui était en voie de péricliter.

Ces résidents souhaitent donc que l'harmonie actuelle caractérisant le quartier perdure. Pour eux, accepter le changement du règlement de zonage pour que 20 logements y soient établis, cela pourrait briser l'équilibre délicat du quartier.

Tout cela requiert, à mon avis, de se poser la question, que veut vraiment la Ville en appuyant sans restrictions, semble-t-il, le projet du promoteur et en rejetant du revers de la main le point de vue des citoyens, les premiers concernés, ceux qui vivent dans le quartier. L'équipe en poste à l'Hôtel de ville ne peut dire que ce sont des gens qui n'acceptent pas le changement, bien au contraire, ils ont signifié leur accord avec le zonage actuel, ce qui pourrait inciter de nouvelles familles à s'y établir. Quand il est question du patrimoine et de la mise en valeur du patrimoine, les citoyens devraient avoir leur mot à dire et être écoutés par des élus dont le mandat est de les représenter. Est-ce le cas à l'heure actuelle? Je me pose sérieusement la question et n'en suis vraiment pas persuadée.

Nicole Moreau, Québec




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer