Réussite éducative: le gouvernement n'a pas fini ses devoirs

Le ministre de l'Éducation, Sébastien Proulx, a publié sa très attendue... (Archives La Presse, David Boily)

Agrandir

Archives La Presse, David Boily

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Point de vue
Le Soleil

(Québec) Le ministre de l'Éducation, Sébastien Proulx, a publié sa très attendue politique sur la réussite éducative. Comme l'ont noté bien des observateurs, celle-ci vise des objectifs ambitieux, mais présente peu de moyens pour parvenir à les atteindre. Dans deux cas, on reprend même des mesures annoncées au cours des derniers mois.

Ce qui est désolant dans cette politique est son absence de profondeur. Le gouvernement n'a pas su statuer sur les enjeux existants : formation des enseignants, création d'un institut national d'excellence en éducation, fréquentation scolaire obligatoire jusqu'à 18 ans ou jusqu'à l'obtention d'un premier diplôme, etc. Les problèmes en éducation sont connus depuis des années : il est anormal qu'on soit encore en train d'attendre des solutions concrètes.

Le ministre Proulx, en poste depuis février 2016, a tenu des consultations sur la situation de l'éducation, mais semble n'en avoir rien retenu pour s'attaquer immédiatement aux problèmes actuels. Sinon, pourquoi mettre de l'avant trois chantiers et deux tables de concertation? Se peut-il que ces consultations n'aient pas été aussi fructueuses qu'il ne l'aurait souhaité? Et sur quoi travaillent les fonctionnaires du ministère de l'Éducation pour qu'encore aujourd'hui, on doive encore consulter ? Je ne doute pas de la volonté de M. Proulx de vouloir améliorer la situation de l'éducation au Québec. Mais actuellement, ni lui ni son ministère ne semblent avoir répondu aux attentes placées en eux.

Si l'on réfléchit aussi avec un peu de recul, ce que l'on comprend est que le Parti libéral du Québec a été élu avec un programme électoral qui a été carrément remanié en cours de mandat. Dans les faits, il est à se demander si l'on peut véritablement compter sur ce que les formations politiques promettent en éducation lors d'une campagne électorale. Porté au pouvoir en 2014, le PLQ nous livre aujourd'hui en 2017 ce qui constituera finalement ses engagements pour une prochaine élection, élection que certains voient même en août prochain. Et là encore, il nous faudra attendre de voir quels moyens seront finalement mis de l'avant pour les concrétiser.

Luc Papineau, L'Assomption




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer