Le danger des édifices en hauteurs

L'incendie qui a ravagé dans la nuit de... (AFP, Giulio Thuburn)

Agrandir

L'incendie qui a ravagé dans la nuit de mardi à mercredi une tour de logements sociaux à Londres a fait au moins 12 morts.

AFP, Giulio Thuburn

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Point de vue
Le Soleil

Avant de densifier avec la construction des édifices en hauteurs, il faut se poser la question : «Est-ce que les mesures pour lutter contre un incendie majeur, y compris l'intervention des pompiers, seront efficaces»?

Si je me fie au résonnement de mon père, ex-directeur du Service de prévention des incendies à la Ville de Québec et ex-chef de division, je répondrais : non! La raison est simple, les équipements matériels, échelles, petites et grandes, ont une limite de hauteur. Pour pouvoir monter combattre un incendie au 15e, voire au 20e étage, il faut que les pompiers atteignent les étages touchés par l'incendie en utilisant les escaliers et en transportant sur leur dos tout le matériel tel que les boyaux, les bonbonnes d'air, les haches, etc.

Ce qui vient de se produire à Londres la nuit dernière le confirme. Je l'ai personnellement vécu dans un hôtel de Rio de Janeiro en 2001, le feu était pris au 9e étage, je me trouvais au 8e. En ouvrant la porte de ma chambre, j'ai fait face à un nuage de fumée. Après avoir aidé mon voisin à quitter sa chambre, nous sommes descendus par l'escalier de secours déjà rempli de boyaux que les pompiers avaient transportés vers l'étage supérieur. Une fois à l'extérieur, nous avons vu la limite de l'utilisation des grandes-échelles mécaniques, qui ne pouvaient aller au-delà du 10e étage.

Notre Ville est en pleine transformation avec la construction d'édifices en hauteurs atteignant jusqu'à 30 étages. Est-ce que nous sommes équipés pour faire face à un incendie majeur ou tout autre sinistre? Je ne crois pas. S'il y a un sinistre, est-ce qu'il y aura des pertes de vie? Possiblement. Nous pourrions poursuivre ainsi sur différentes questions que l'on ne se pose pas nécessairement lorsqu'on décide d'habiter un édifice en hauteur ou encore de seulement s'y diriger pour affaires. Il y avait plusieurs raisons sur la limite de construction des édifices en hauteur. L'une d'elles était la capacité pour les pompiers d'atteindre les étages situés au-dessus de la limite des échelles mécaniques.

Jacques Larose, Québec




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer