Vaccins: rebâtir la confiance

Le vaccin est l'une des belles retombées de... (Archives La Presse canadienne, Chuck Stoody)

Agrandir

Le vaccin est l'une des belles retombées de l'histoire de la science; pourquoi tant de personnes s'en méfient-elles?

Archives La Presse canadienne, Chuck Stoody

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Point de vue
Le Soleil

(Québec) La question de la vaccination demeure un enjeu préoccupant en santé publique, ici au Québec comme ailleurs dans le monde. Notre rapport à la vaccination se pose différemment selon notre culture, nos habitudes de vie, nos croyances, notre compréhension ou notre méconnaissance, etc.

Le vaccin est pourtant l'une des belles retombées de l'histoire de la science. Or, pourquoi tant de personnes s'en méfient-elles? Dans le cadre de la Conférence de Montréal, le 14 juin prochain, j'aurai le plaisir d'animer un petit déjeuner scientifique, organisé par les Fonds de recherche du Québec, sous le thème «Les épidémies de maladies transmissibles : la confiance du public envers les vaccins». 

Nous aurons le privilège d'entendre Gary Kobinger, directeur du Centre de recherche en infectiologie à l'Université Laval, acteur de premier plan dans la recherche sur le virus Ebola; Amadou Sall, directeur scientifique de l'Institut Pasteur de Dakar, très actif en recherche liée à plusieurs épidémies en Afrique, dont celle du virus Ebola; et Barry R. Bloom, professeur-chercheur à l'Université Harvard et co-auteur du rapport Public Trust in Vaccines : Defining a Research Agenda, paru en 2014 aux États-Unis. 

Dans une traduction libre, voici le principal problème identifié par les auteurs quant à la diminution de la confiance envers la vaccination aux États-Unis.

«Au cours des deux dernières décennies, une combinaison d'études scientifiques frauduleuses, de rapports irresponsables et de militants citoyens bien intentionnés, mais mal informés a entraîné une augmentation constante de la proportion de parents qui s'inquiètent du calendrier recommandé pour la vaccination infantile. Bien que les taux globaux de vaccination aux États-Unis demeurent élevés, ces préoccupations ont entraîné une augmentation importante du nombre de parents qui retardent et, dans des cas extrêmes, refusent des vaccins pour leurs enfants. Ces actions ont conduit à des épidémies de maladies évitables par la vaccination : la plus grande épidémie domestique de rougeole des 15 dernières années s'est produite en 2013. 2011 et 2013 ont été les deux années marquées par le plus grand nombre d'infections domestiques de rougeole depuis les années 1990. Toutes les épidémies de rougeole en 2013 ont été causées par des infections qui provenaient de l'extérieur du pays; et l'écrasante majorité des infections secondaires se sont produites chez des enfants ou des nourrissons volontairement non vaccinés ou trop jeunes pour être vaccinés. Les communautés de santé publique et médicales ont commencé à examiner les meilleures façons de communiquer avec des parents anxieux ou méfiants. Il n'y a cependant pas eu d'effort concerté pour développer des outils basés sur des données probantes pour guider ces discussions.»

Les auteurs du rapport proposent des pistes de recherche pour fournir des données nécessaires à un tel effort. Si le sujet vous préoccupe, dites-le-nous à touspourlarecherche.com.

Rémi Quirion, ccientifique en chef du Québec

(NDLR) Le scientifique en chef du Québec, Rémi Quirion, a entrepris une consultation inédite pour permettre au public de participer à l'élaboration du plan stratégique qui guidera les activités des trois grands Fonds de recherche québécois : Nature et technologies, Santé, et Société et culture. Une plateforme de co-construction de propositions a été lancée avec la collaboration de l'Institut de gouvernance numérique - touspourlarecherche.com - où vous pouvez identifier les thématiques, inscrire de nouvelles propositions et voter pour celles que vous aimez. 

Jusqu'ici, le site a reçu 2301 visiteurs uniques et 152 contributions (68 propositions - 67 arguments - 127 sources). La consultation se poursuit jusqu'au 23 juin. Un débat public aura lieu le 26 juin à l'ENAP, afin de pousser plus loin l'identification des meilleures idées. Le Soleil veut appuyer cette démarche innovante et nous publions, cette semaine et la semaine prochaine, un texte sur le thème hebdomadaire de la campagne. 




À lire aussi

  • Pierre Asselin | Décloisonner la science

    Pierre Asselin

    Décloisonner la science

    ÉDITORIAL / Les sorties et les consultations du scientifique en chef du Québec, Rémi Quirion, ne font pas souvent les manchettes. Le responsable des... »

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer