Une digue artificielle pour prévenir le pire

Le système Water-Gate a été développé au Québec... (fournie par MegaSecur)

Agrandir

Le système Water-Gate a été développé au Québec par la compagnie MegaSecur.

fournie par MegaSecur

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Point de vue
Le Soleil

(Québec) Les éléments de la nature nous frappent de plus en plus fort. Et on ne prévoit pas que ce soit une situation passagère, bien au contraire. Pour plusieurs personnes, la maison constitue l'équivalent du fonds de pension. Après avoir travaillé toute sa vie pour se l'offrir, il serait inhumain de la perdre parce qu'une inondation a causé des dommages d'une valeur supérieure à sa capacité de payer. Pourrait-on aider toutes ces personnes à régler leur problème, à la fois en les plaçant à l'abri des inondations et de tous les nombreux problèmes que cette catastrophe leur occasionne, tout en faisant épargner de l'argent à notre gouvernement?

Non, je ne suis pas tombé sur la tête. Il me semble que ce pourrait même être très facile à réaliser à l'aide d'une digue artificielle. Il n'est pas dans mon intention de favoriser une usine de fabrication en particulier, mais je n'en connais actuellement qu'une qui a prouvé l'efficacité de son produit. L'armée américaine, entre autres, confirme la grande qualité de cette invention. Cette digue artificielle est vendue dans 13 pays. De plus, il s'agit d'une invention québécoise, fabriquée au Québec (megasecur.com/fr).

Tout autre nouveau produit démontré aussi efficace pourrait profiter du programme gouvernemental que je suggère.

On dit que quelque 450 maisons sont touchées par ces inondations. Les chiffres que je vais avancer peuvent varier quelque peu, en plus ou en moins, mais mon but est de vous démontrer que notre gouvernement pourrait placer nos concitoyens à l'abri des inondations, tout en sauvant de l'argent.

Si on multiplie 149 000 $ par 450, cela donne environ 67 millions $. Il s'agit de l'offre actuelle. D'accord, tous ne réclameront peut-être pas ce montant mais, peu importe, cela ne mettra pas en danger ma conclusion. 

La digue portative est difficile à vendre, à cause de son prix élevé, quelque 8000 $ pour une maison de grandeur moyenne. Plus les taxes, cela donne environ 9200 $. Si le gouvernement subventionnait la moitié de cet achat, avant taxes, soit 4000 $, la facture se chiffrerait à 1 800 000 $. Enlevons ce qu'il retirerait en taxes : 4000 $ X 450 à 9,5 %, pour un total de 636 975 $.

Offre actuelle maximale : 67 millions $

S'il optait pour une subvention à 50 % du coût d'acquisition des digues artificielles, moins les taxes qu'il percevrait, le gouvernement ne débourserait que 1,16 million $.

Quelle solution choisiriez- vous pour l'avenir? 67 millions $ pour une seule inondation ou 1 million $ pour régler le problème définitivement et éviter aux propriétaires l'horreur d'un tel désastre? Pour cette fois-ci, c'est trop tard. Mais pouvons-nous espérer mieux pour l'avenir?

Benoît Thibault, Québec




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer