L'histoire, et le malaise

Choisis parmi 1200 inscriptions, les candidats de La... (La Presse, Olivier Jean)

Agrandir

Choisis parmi 1200 inscriptions, les candidats de La grande traversée, six hommes et quatre femmes, ont de 23 à 44 ans et vivent tous au Québec, sauf un, qui réside à Winnipeg.

La Presse, Olivier Jean

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Point de vue
Le Soleil

Faut-il avoir un ancêtre débarqué en Nouvelle-France pour s'intéresser à l'histoire du Québec?

J'ai écouté avec beaucoup de plaisir le premier épisode de La grande traversée, la nouvelle téléréalité de Radio-Canada qui suit 10 personnes qui revivent les aventures des colons ayant traversé l'océan pour fonder la Nouvelle-France.

J'ai trouvé le concept original, les personnages très attachants et j'ai bien l'intention d'écouter les neuf autres épisodes pour prendre toute la mesure du courage de ces bâtisseurs de pays. J'ai cependant ressenti un certain malaise lors d'une scène importante de l'épisode d'ouverture. 

Avant de partir de La Rochelle, les 10 participants apprennent qu'ils avaient tous et toutes un ancêtre ayant vécu une traversée de l'océan comme ils s'apprêtent à le faire, presque 400 ans plus tard. Naturellement, l'émotion est au rendez-vous. C'est un bon moment dramatique télévisuel, mais qui soulève d'importantes questions. Était-il nécessaire d'avoir pour ancêtre une personne ayant fait la traversée au 17e siècle pour participer à l'émission? On ne peut que se demander si l'origine ethnique canadienne-française ou acadienne était un critère de participation à la téléréalité. Au contraire, n'aurait-il pas été intéressant de faire un lien entre l'immigration au 17e siècle et l'immigration actuelle? J'aurais été curieux de voir comment un néo-Québécois vivrait cette expérience, lui qui, par sa venue chez nous, a déjà vécu une autre traversée tout aussi déboussolante.

Comment intéresser un jeune Nguyen, Bensaïd ou N'Diaye à l'histoire de la Nouvelle-France si, ce qu'on lui dit indirectement, c'est que ce n'est pas son histoire, car ses ancêtres n'ont pas participé à ce moment fondateur de notre récit national? 

Soyons clair, je crois que la scène généalogique du premier épisode était très intéressante, mais il n'était peut-être pas nécessaire que les 10 participants aient la même origine ethnique. Cela dit, impossible de savoir si des personnes issues des minorités culturelles ont déposé leur candidature pour cette téléréalité. Si ce n'est pas le cas, des efforts particuliers ont-ils été déployés en ce sens? Pour avancer comme société, nous devons faire en sorte que tous les Québécois, peu importe leur origine, soient invités à découvrir et s'approprier notre histoire nationale.

Alexandre Leduc, Montréal




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer