Un cimetière musulman pour enrichir l'histoire multiethnique de Lotbinière

Melanie St-Jean estime que l'ajout d'un cimetière musulman... (123RF/Qumrran)

Agrandir

Melanie St-Jean estime que l'ajout d'un cimetière musulman en Lotbinière ne ferait qu'enrichir la riche histoire multiethnique de la MRC.

123RF/Qumrran

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Point de vue
Le Soleil

Lotbinière a toujours été une région hospitalière, et ce, depuis le début de la colonisation des seigneuries qui ont formé le territoire de la MRC que l'on connaît aujourd'hui.

Les premiers immigrants ont été les Acadiens. Nous avons accueilli quelques familles à la suite de la déportation massive qu'ils ont subie en 1755. Ces Acadiens se sont installés en 1758 dans la région de Leclercville. C'était tout à fait normal et très facile de les accueillir, ils étaient catholiques et francophones, comme nous. Aujourd'hui, des descendants de ses premiers immigrants acadiens vivent encore sur notre territoire. 

Ensuite, en 1783, une quinzaine d'Allemands sont accueillis dans la seigneurie de Beaurivage (près de Saint-Gilles). Ces citoyens allemands sont des mercenaires, vétérans de l'armée auxiliaire allemande, engagés par la Couronne britannique pour combattre lors de la Guerre d'indépendance des États-Unis (1775-1783). Environ 10 000 Allemands étaient alors basés dans la province du Bas-Canada (Québec). Plusieurs descendants de ses premiers allemands vivent toujours à Saint-Gilles et à Saint-Narcisse-de-Beaurivage. 

Une autre migration au sud du territoire est celle des immigrants irlandais qui sont arrivés chez nous bien avant la Grande Famine. Ces Irlandais ont défriché les terres sur le territoire de la future paroisse de Saint-Sylvestre dès 1820. Par la suite, des immigrants écossais et anglais viennent s'ajouter au peuplement de nos collines appalachiennes. Avec l'arrivée de ces nouveaux pionniers, est aussi arrivée la demande d'avoir des lieux de culte propres à leur croyance. Plusieurs églises protestante, anglicane, méthodiste et presbytérienne sont alors érigées. De nos jours, ces églises ont disparu, mais elles ont laissé dans le sillage de leur existence des cimetières anglican, presbytérien et méthodiste qui peuvent toujours être visités.

Avoir un cimetière musulman en Lotbinière ne ferait qu'enrichir l'histoire multiethnique que nous possédons déjà, celle qui a traversé les âges sans trop d'anicroches, qui n'a nullement affecté l'intégrité de vie de nos ancêtres canadiens-français, mais évidemment, qui a été oublié localement. Avoir un seul cimetière possédant plusieurs dénominations religieuses est possible, mais là encore, ces cimetières sont parcellisés selon les dénominations religieuses qu'ils hébergent. 

Ottawa possède un magnifique cimetière dont plusieurs communautés confessionnelles et culturelles se côtoient. On y retrouve des lots pour les communautés : asiatiques, portugaise, polonaise, ukrainienne, lettonienne, égyptienne, libanaise, grecque, franco-canadienne, musulmane, militaires et policières. De tels endroits recèlent une richesse culturelle considérable où les rites de chaque individu qui y repose sont respectés. Ce cimetière a su rester vivant en raison de sa diversité et de ses nombreuses cérémonies qui y sont célébrées tout au long de l'année amenant un flot de visiteurs continuel. Sa beauté et sa force reposent dans sa diversité multiculturelle.

«Un peuple meurt lorsqu'il devient une population. Et il devient une population lorsqu'il oublie son histoire.» Fiodor A. Abramov, 1978

Melanie St-Jean, Saint-Agapit




À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer