Montréal, un modèle pour Québec

Les gouvernements provincial et fédéral sanctionnent hors de... (Photothèque Le Soleil, Patrice Laroche)

Agrandir

Les gouvernements provincial et fédéral sanctionnent hors de tout doute le manque de leadership consensuel qui fait particulièrement défaut à la région de Québec lorsqu'il est question de l'implantation d'un service de transport collectif reliant la rive nord et la rive sud, estiment les auteurs.

Photothèque Le Soleil, Patrice Laroche

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Point de vue
Le Soleil

Le dernier budget du gouvernement du Québec a démontré hors de tout doute que le leadership consensuel est payant pour la région de Montréal quant au financement du transport collectif interrives. La métropole serait-elle devenue un modèle avec 8 milliards $ d'investissements contre seulement 76 millions $ pour la Capitale-Nationale?

En comparant les sommes prévues pour la mise en place du Réseau électrique métropolitain (REM) et la construction du pont Champlain aux montants accordés dans la région de la Capitale-Nationale pour le Service rapide par bus (SRB) (56 millions $), l'étude du troisième lien (20 millions $) et la rénovation du pont de Québec (0 $...), les gouvernements provincial et fédéral sanctionnent hors de tout doute le manque de leadership consensuel qui fait particulièrement défaut à la région de Québec lorsqu'il est question de l'implantation d'un service de transport collectif reliant la rive nord et la rive sud. Qui est responsable de cette situation?

Contrairement à Québec, les deux paliers de gouvernement ont pris le leadership pour investir dans le transport collectif à Montréal. Souvenons-nous que l'ex-gouvernement fédéral conservateur a décidé d'investir 1,6 milliard $ dans la construction d'un nouveau pont Champlain, puisque le pont actuel était devenu dangereux et que le gouvernement fédéral en était l'unique propriétaire. C'est cet investissement qui a permis à la Caisse de dépôt et placement du Québec de contribuer 2,67 milliards $ dans le projet du REM.

De plus, le gouvernement du Québec prévoit investir 2,2 milliards $ et la part attendue du fédéral est évaluée à 1,28 milliard $ dans le cadre de son programme d'infrastructures. Enfin, Hydro-Québec prévoit investir 295 millions $ pour son électrification. Au total, les deux paliers de gouvernement fédéral et provincial, avec l'appui de la Caisse de dépôt et placement du Québec et d'Hydro-Québec, prévoient investir près de 8 milliards $ pour construire un nouveau pont et mettre en place un système de transport en commun interrives.

Pendant ce temps à Québec...

Pendant ce temps à Québec, la Chambre de commerce et d'industrie de Québec prend l'initiative de proposer une avenue (rapport Mallette) pour combler le manque de leadership afin de rénover et de mettre en valeur le pont de Québec d'un point de vue sécuritaire et patrimonial. Le problème? Le manque de leadership consensuel entre le gouvernement fédéral, le provincial et le Canadien National, unique propriétaire du pont, dont l'entretien et la mise à niveau sont évalués à 400 millions $. À l'instar du pont Champlain, l'avenir du pont de Québec est devenu prioritaire pour la Chambre de commerce et d'industrie de Québec, puisque le SRB doit le traverser pour faire le lien entre les deux rives.

Autre discorde, le fameux troisième lien autoroutier entre Québec et Lévis, qui est loin de faire consensus, non seulement entre les maires, mais aussi entre les deux paliers de gouvernement. Nos élus devraient s'inspirer de Montréal pour réaliser les grands projets dont la Capitale-Nationale a un urgent besoin. À l'instar de Montréal, devrions-nous demander à la Caisse de dépôt et placement du Québec de créer une filiale pour prendre en charge le SRB, le projet du troisième lien, l'entretien et la mise en valeur du pont de Québec ainsi que la tête des ponts?

Pour l'instant, à Québec, nous sommes encore au stade des études et de la mise en place de bureaux de projets. La population de la région de la Capitale-Nationale doit obtenir sa part d'investissements au même titre que la région de Montréal. Que font nos élus provinciaux et fédéraux pour développer notre consensus régional? Ils ont la responsabilité de démontrer leur réelle volonté d'en arriver à des résultats concrets.

Jean Baillargeon et Gaston Déry, Québec




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer