L'éducation financière, essentielle pour les futurs adultes

Un cours d'éducation financière est un outil nécessaire... (123RF/pogonici)

Agrandir

Un cours d'éducation financière est un outil nécessaire pour former les jeunes citoyens à leur vie adulte et les initier aux responsabilités financières auxquelles ils devront bientôt faire face, selon le pdg du Conseil du patronat du Québec, Yves-Thomas Dorval.

123RF/pogonici

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Point de vue
Le Soleil

Un cours d'éducation financière est un outil nécessaire pour former les jeunes citoyens à leur vie adulte et les initier aux responsabilités financières auxquelles ils devront bientôt faire face. L'enseignement de la gestion des finances personnelles ne peut pas reposer uniquement sur les épaules de la famille ou de l'entourage, mais doit être encadré dans un cursus scolaire et appuyé par du matériel didactique exhaustif et d'actualité, comme il l'était jusqu'en 2009, année de son abolition.

Face à la récente critique du Conseil supérieur de l'éducation, rappelons que les adultes québécois sont moins compétents en littératie et en numératie financière que la moyenne des habitants des pays de l'OCDE, et il s'agit d'un enjeu dont l'importance est de plus en plus évidente de nos jours. Comprendre les notions d'intérêt composé, de prix, de budget, d'offre et de demande et d'autres concepts économiques ou financiers permet aux citoyens non seulement de mieux comprendre les produits qui leur sont offerts et de prendre de meilleures décisions, mais aussi de participer de façon mieux informée aux débats de société. De plus, alors que les enjeux liés à la viabilité des régimes de retraite sont de plus en plus pressants, ces formations pourraient contribuer à sensibiliser davantage les futurs cotisants à leur situation et aux choix qui s'offrent à eux, et conséquemment à leur besoin d'épargne en vue de la retraite. 

Sans que cela se fasse au détriment de la formation classique, humaniste, littéraire et mathématique, plusieurs pays, comme le Royaume-Uni, ont réussi à intégrer avec succès à leur cursus scolaire un cours obligatoire sur les finances personnelles, et 45 pays, dont 14 du G20, se sont aussi dotés d'une stratégie nationale en la matière. Le Québec est en retard.

Or, les jeunes qui sont sensibilisés à l'éducation financière économisent plus, empruntent moins, ont plus de succès sur le plan des finances que le Canadien moyen et, en conséquence, ils sont plus indépendants, prévoyant mieux leur propre retraite: voici ce qui ressort d'un rapport de 2011 publié par le Boston Consulting Board pour Junior Achievement Canada, un organisme consacré à l'éducation financière et entrepreneuriale des jeunes et offrant des programmes d'éducation économique. Selon ses résultats, pour plus de 65 % des participants, les programmes ont eu un impact significatif sur leur décision de ne pas abandonner l'école et de poursuivre des études postsecondaires et, pour 70 % d'entre eux, cela a eu aussi un impact significatif sur leur désir de devenir un entrepreneur.

La littératie et la numératie ont des répercussions dans toutes les sphères de la vie, de l'accès au marché du travail au niveau de rémunération, jusqu'à influencer le niveau de participation à la vie démocratique du pays. L'école a un rôle clé à jouer pour améliorer ces connaissances de base, car c'est un enjeu central dans la formation de nos jeunes, de leur avenir économique et de notre prospérité collective.

Yves-Thomas Dorval, président-directeur général, Conseil du patronat du Québec




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer