Qu'est-ce qu'un projet de développement durable?

Le port de Québec... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Le port de Québec

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Point de vue
Le Soleil

En réaction au texte «Port de Québec: un projet durable», paru le 5 février

On utilise le mot durable à toutes les sauces, c'est un mot à la mode. Alors nous déformons sa vraie signification.

Le développement durable est un développement qui répond aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures de répondre aux leurs.

Qu'est-ce qu'un projet de développement durable?

Pour bien fonctionner, le système économique actuel a besoin d'un taux d'inflation continuellement ascendant. Mais comment pouvons-nous soutenir une croissance économique perpétuelle (à l'infini) dans un monde qui est limité? 

Les pays industrialisés, tels que le Canada et les États-Unis, consomment environ 4 fois ce que les capacités autorégénératives de la planète sont capables de produire annuellement. 

À partir du 8 août 2016, nous dépassions les capacités annuelles de la planète en hypothéquant les années futures. Selon Global Footprint Network. Depuis plusieurs années nous hypothéquons les ressources planétaires. Et la date où nous dépassons les limites annuelles est de plus en plus tôt chaque année.

Nous consommons déjà trop de ressources. Alors, comment pouvons-nous prétendre le caractère durable d'un projet lorsqu'il détruira un milieu naturel absolument exceptionnel? En plus, la possibilité d'un plus grand transbordement augmente nos possibilités de consommation. 

Même si le transport maritime est le moins polluant de tous, ce n'est pas en augmentant le trafic que nous diminuerons ses émissions de CO2. Encourageons la consommation locale afin de diminuer l'utilisation des moyens de transport. Sans compter que les super-cargos accélèrent la destruction des berges.

Encourager l'accroissement effréné de notre consommation, ce n'est pas du développement durable. Nous devrions plutôt atteindre un équilibre entre ce que nous consommons et les ressources disponibles. 

Rester compétitifs! Au lieu de nous battre, nous devrions signer un vrai traité de paix et nous engager les uns envers les autres. Soyons bons! Tout le monde ensemble!

Nous sommes responsables. Beaucoup de notre consommation vient d'Asie. Afin d'être concurrentiels, nous produisons dans des pays où la main-d'oeuvre ne coûtait pratiquement rien. Nous avons profité des peuples qui ont su quoi faire avec nos besoins. Ils nous vendent des produits de moins bonne qualité, qui se brisent et qui ne se réparent pas. Et en plus, nous utilisons des moyens monstres afin de nous les faire parvenir chez nous, sans compter la pollution produite par leurs usines.

Alors nous attendons au lieu de réagir. On se cache derrière les mots du développement durable pour se soulager l'esprit, pour sentir que l'on fait de bons gestes pour les générations futures. On attend d'avoir tous des voitures électriques. Combien de barrages il nous faudra, combien d'éoliennes? Et les pays qui produisent leur énergie au charbon ou au nucléaire?

Nous sommes responsables, chaque fois que nous utilisons un gobelet jetable pour prendre notre café le matin. Pourtant, nous avons tous trop de tasses à la maison. À chaque fois que nous utilisons notre voiture ou l'avion. Lorsque nous encourageons quelqu'un qui abuse des ressources. 

Lorsque nous achetons quelque chose compulsivement sans réfléchir à ce que nous faisons vraiment. Est-ce que j'en ai vraiment besoin? D'où vient-il? Puis-je le réparer? Est-ce que cet objet m'apporte vraiment quelque chose, est-il nécessaire pour la vie sur terre? Toutes nos idées de grandeur, peut-être que nous n'avons pas les moyens planétaires de les avoir!

Le plus important c'est la vie sur Terre. Si l'être humain parvient à détruire la vie sur Terre, il sera arrivé à se détruire lui-même. J'appelle ça un suicide collectif. Il faut arrêter de penser seulement en termes d'économie. Il faut saisir ce que le terme durable veut réellement dire.

En réalité, nous n'avons pas besoin de la plupart des objets que nous possédons. Mais par manque de réelle conscience, nous les possédons juste par plaisir. Mais si tout ce que nous possédons revient à hypothéquer l'avenir des générations futures, c'est que nous ne sommes pas dans le développement durable.

Alors il est faux de prétendre que quelques études environnementales locales et quelques soi-disant consultations publiques font en sorte qu'un projet peut être classé dans une démarche de développement durable. 

Avons-nous vraiment besoin de plus d'import-export? Les retombées économiques produites par ce projet profitent-elles vraiment aux populations locales? Serions-nous capables d'améliorer les installations portuaires actuelles afin de répondre à la demande qui grandira peut-être pour un certain temps, mais qui devra diminuer un jour afin d'atteindre un équilibre dans notre consommation des ressources ? 

Il ne faut pas être pris avec des infrastructures que nous regretterons. Et qui auront brisé certaines parties de notre environnement, tout en laissant de grosses dettes aux futures générations incertaines de pouvoir s'en affranchir. Le mal est en partie déjà fait. Il est temps d'arrêter.

Nous devons bien réfléchir avant de poser un geste. Essayer d'entretenir ce que nous possédons le plus possible avant de nous en procurer du nouveau. Et je somme les compagnies ainsi que les grandes familles de commencer à faire de vrais gestes durables au sein de leurs entreprises. 

Cessons l'intérêt personnel, travaillons dans l'intérêt de tous. Nous n'aurons pas une deuxième planète. Apprenons à la respecter et à nous respecter les uns les autres. Nous avons besoin de tous. 

Le changement commence aujourd'hui par des gestes tout simples. Nous devons prendre soin des autres, prendre conscience que nous ne sommes pas seuls au monde. Avant de faire un projet, savez-vous vraiment ce que vous faites, vous êtes-vous bien renseigné?

Sylvain Fortier, sociologue humaniste, Québec




À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer