Une ignorance gênante

Le Cégep de Lévis-Lauzon veut adapter ses heures... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Le Cégep de Lévis-Lauzon veut adapter ses heures de cours au rythme de vie des étudiants, une mesure qui ne fait pas l'unanimité.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Point de vue
Le Soleil

En réaction à la lettre «Un infantilisme gênant», de Michel Beaumont, parue le 25 janvier

Quand j'ai lu votre texte, Monsieur Beaumont, après avoir terminé mes lectures et fait mon examen à distance à 22h, ce que j'ai retenu de votre message n'est pas l'infantilisme gênant que vous dénoncez, mais l'ignorance flagrante démontrée quant à la réalité étudiante quotidienne.

Je suis étudiante en service social à l'université, et anciennement étudiante au cégep. Savez-vous ce que c'est de se lever tous les jours pour aller à l'école, puis de se lever aussi la fin de semaine à l'aurore pour être en mesure de payer les études pour lesquelles vous vous levez la semaine à la même heure, tout en gardant de bonnes notes, et, surtout, une bonne santé mentale? 

L'épuisement étudiant est moins étudié que l'épuisement professionnel, mais fait tout de même des ravages. On assume à tort que l'excellence est à la portée de tout étudiant se donnant la peine d'étudier, tout en ayant diverses responsabilités qui ne sont guère équivalentes à celles, bien plus lourdes, d'un adulte. 

En plus des études, les étudiants doivent également souvent travailler pour payer les études en question au salaire minimum, gérer le stress de la performance, savoir jongler entre une bonne santé mentale, les exigences scolaires, les obligations personnelles et familiales et les exigences professionnelles.

Je réponds alors à votre article que non, commencer les cours plus tard n'est pas privilégier la paresse, les sorties dans les bars ou l'irresponsabilité.

Faire l'expérience

Sortez de votre ignorance, passez ne serait-ce qu'une journée dans une université, dans un cégep, dans la vie d'un étudiant comme il y en a des milliers au Québec, et tentez ensuite de m'expliquer comment ces étudiants qui mettent les bouchées doubles dans leur réussite et représentent l'avenir du Québec, sont ô combien irresponsables, faibles et pleurnichards. 

Oui, dites-moi comment cette mère de 25 ans qui étudie avec moi en travaillant 25 heures par semaine n'a pas le droit de gagner quelques heures de plus le matin. 

Oui, dites-moi à quel point il est ridicule pour un étudiant qui doit travailler de nuit pour payer son loyer et ses études de se lever plus tard que ces travailleurs si dévoués que vous décrivez.

Et, pour votre information, sachez que je ne connais personne qui partira en Europe cet été, sauf peut-être une amie qui a travaillé toute l'année à 20 heures par semaine en plus de ses cours de droit pour se payer un voyage d'une semaine.

Isabelle Dubé, Québec

Partager

À lire aussi

  • Un infantilisme gênant!

    Carrefour

    Un infantilisme gênant!

    Voilà que la nouvelle politique établie au cégep de Lévis-Lauzon, là où le prince est encore étudiant, souhaite infantiliser le client en modifiant... »

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer