Déficience physique: ne coupez pas nos services

Chaque région devrait compter minimalement au moins un... (Archives PC)

Agrandir

Chaque région devrait compter minimalement au moins un CHSLD spécialisé en déficience physique, incluant tous les services requis, équipements, ressources nécessaires aux besoins de la déficience ainsi que les diverses équipes multidisciplinaires.

Archives PC

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Point de vue
Le Soleil

Il y aura bientôt 32 ans que je roule ma vie à travers le domaine de la santé et j'ai vécu les changements qui s'y sont succédé. C'est un certain Dr Philippe Couillard, résidant en neurochirurgie de l'équipe déficience physique à l'époque, qui, en 1985, me stabilisa lors de mon arrivée à l'hôpital, puis, plus tard, m'a opéré (trachéotomie) et sauvé la vie.

Plus je fréquente les hôpitaux et moins j'ai le goût de m'y retrouver. Quadriplégique, mes besoins de base doivent être fournis par quelqu'un et le personnel en milieu hospitalier, en tout respect, n'est pas outillé ni habitué avec des personnes ayant des déficiences physiques comme les miennes.

Pour moi, chaque région devrait compter minimalement au moins un CHSLD spécialisé en déficience physique, incluant tous les services requis, équipements, ressources nécessaires aux besoins de la déficience ainsi que les diverses équipes multidisciplinaires. Des auxiliaires aux services de santé et sociaux (ASSS) y seraient les principaux intervenants auprès des clients.

Depuis mon arrivée à Sherbrooke, une chose m'a frappée : les soins à domicile assurés par l'équipe d'intervenants et plus particulièrement les ASSS sont d'une richesse sans prix. Malgré toutes les coupes, ils gardent le sourire, valorisent le côté humain ainsi que la relation d'aide et de confiance. Les soins à domicile sont importants, je préfère être chez moi pour guérir et recevoir des soins que d'être hospitalisé. Malheureusement, j'ai dû me battre pour avoir accès à ces services, pourtant globalement beaucoup moins dispendieux pour le système public qu'une chambre d'hôpital! 

Mais une ombre plane au tableau. La privatisation des services de soins à domicile va en grandissant. Le ministère de la Santé et des Services sociaux mise de plus en plus sur l'embauche directe par le client d'une ressource dont le salaire est payé par l'État. Pourtant, je préfère grandement compter sur un ASSS, car il a une formation dédiée. Cette qualité de soins offerte par les ASSS est vraiment utile et essentielle!

J'utilise les ressources de la santé depuis assez longtemps et je me dois de remercier et de souligner le dévouement du personnel ainsi que pour tous les services rendus, et ce, pour tous les intervenants du domaine de la santé. Si 32 ans plus tard, je suis rendu ici, c'est en grande partie grâce à eux. Toutefois, jamais je n'aurai, en centre hospitalier, la qualité de services que je reçois à domicile ou qui est possible dans une installation consacrée exclusivement aux personnes avec une déficience physique.

Alain Poitras, Sherbrooke

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer