L'éducation doit mener à d'autres façons de voir

Il n'est pas anodin que le nouveau film de Denis Villeneuve, intitulé... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Point de vue
Le Soleil

Il n'est pas anodin que le nouveau film de Denis Villeneuve, intitulé L'arrivée, s'ouvre sur une scène dans un campus universitaire où les rares étudiants qui se sont présentés à leurs cours demandent à leur enseignante de se syntoniser à un réseau d'information. Devant la menace que découvre tout à coup l'humanité, symbolisée dans le film par la présence extraterrestre, toute l'attention et tout le savoir sont désormais mobilisés pour la sauvegarde de la vie et de la civilisation humaine.

L'oeuvre remarquable de science-fiction du cinéaste québécois devrait nous interpeller puisqu'elle rejoint ce que personne ne peut plus ignorer de nos jours : l'avènement de l'anthropocène marqué par une déstabilisation du climat et des écosystèmes, l'effondrement de l'économie basée sur les hydrocarbures et la montée des conflits sociaux alors que les ressources vitales de la planète s'amenuisent. 

Devant cette menace imminente, alors que nous disposons encore des ressources nous permettant d'effectuer une transition et une descente énergétique rapide ainsi qu'une modification de nos façons de nous nourrir, de nous loger et de nous déplacer afin d'éviter le pire, comment se fait-il que le milieu de l'éducation continue d'ignorer le rôle fondateur qu'il peut jouer dans l'organisation du changement de culture que nous devons accomplir?

Les programmes scolaires actuels du système québécois sont comme une diète alimentaire visant à apporter tous les ingrédients nutritifs pour favoriser l'intégration sociale des jeunes. Avec l'importance accordée au développement des compétences et aux stratégies d'apprentissage, les chercheurs en éducation s'assurent que les éléments nutritifs sont bien absorbés. Les tests sont là pour le prouver. Tout ceci fonctionne bien lorsque les jeunes peuvent accéder à un travail et un milieu de vie leur permettant de s'épanouir. Or la perspective actuelle est tout autre. L'avenir des jeunes n'est plus assuré. 

Si le film de Denis Villeneuve peut nous inspirer, c'est par la réflexion qu'il présente sur le langage. Au-delà de l'étroitesse des discours (médiatique, politique, scientifique), il faut retrouver une façon de communiquer entre nous qui tienne compte de notre origine commune et de notre devenir en tant qu'êtres vivants sur cette planète. Si nous souhaitons réussir à faire en sorte que nos jeunes aient un avenir viable, nous devons tenir compte de la réalité dans laquelle notre espèce évolue. Tout reste à faire pour instaurer à l'école et dans nos communautés les nouvelles façons de voir et d'agir pour nous détourner du mur vers lequel nous avançons imperturbablement. Pour cela il faut d'abord sortir de notre confort et accepter d'aller rencontrer «la bête», c'est-à-dire vaincre la peur de l'inconnu et du changement. 

Louise Morand, Ph. D. Éducation, L'Assomption

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer