Gardez l'oeil sur votre toit cet hiver

Selon l'auteur, à ce rythme, il est devenu... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Selon l'auteur, à ce rythme, il est devenu évident que sans enlèvement de la neige sur les zones à forte accumulation de plusieurs constructions, un certain nombre ne résisteront pas à cet hiver 2016-2017 et que certaines vont soit périr, soit subir des dommages.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Point de vue
Le Soleil

En réaction au texte «Déneigement des toits : calmons-nous» paru le 10 janvier

Il est vrai que la structure de la toiture des maisons récentes est faite pour supporter un grand poids de neige. Vrai également qu'il n'est pas souhaitable de marcher sur le toit de notre maison en hiver. Cela peut provoquer des fissures dans le bardeau rendu cassant par le froid. Vrai finalement qu'il y a un réel danger d'accident, que le travail doit être fait par des gens compétents et que l'on doit prévenir les chutes.

Mais se fier uniquement aux savants calculs des architectes, ingénieurs et autres experts pour rester les bras croisés en attendant que le malheur frappe et que le toit de notre maison cède sous le poids de la neige, c'est agir en conformité avec la tendance nationale de trouver des coupables a posteriori pour des malheurs qui nous arrivent par notre propre faute.

Le poids d'un pouce de glace peut correspondre à celui d'un pied de neige fraîche. Cet hiver, à ce moment-ci, nos toitures ont subi une première chute de neige collante et compacte en début de saison qui a fait en sorte de retenir en plusieurs endroits l'importante quantité de neige qui est tombée par la suite. On y a ajouté un épisode de pluie verglaçante qui s'est transformée en une importante couche de glace qui va probablement passer le reste de l'hiver sur les toits. Tout va bien tant que la masse reste rigide et glacée, mais les choses vont se gâter lorsqu'elle va ramollir et s'appuyer sur toutes les petites surfaces.

Le gros bon sens nous dit que la structure des toitures va tenir le coup, mais le contre-plaqué entre les fermes de toit ne pourra que garder des traces de ce poids superflu durant une période prolongée. Ça va faire comme le toit de l'une des maisons de mon voisinage qui est tout ondulé, souvenir d'un hiver passé. 

Une simple observation visuelle nous dit également qu'à ce moment de la saison hivernale, la neige ne s'est pas répartie également et s'est accumulée surtout sur la partie ouest des toits, plus encore au-dessus des galeries et autres décrochements de la pente naturelle, qui constituent des endroits de plus grande vulnérabilité.

À ce rythme, il est devenu évident que sans enlèvement de la neige sur les zones à forte accumulation de plusieurs constructions, un certain nombre ne résisteront pas à cet hiver 2016-2017 et que certaines vont soit périr, soit subir des dommages. À nous de faire selon le gros bon sens de nos ancêtres et d'évaluer la situation à son mérite plutôt que de se déresponsabiliser en envisageant à l'avance que les assureurs, architectes, ingénieurs et entrepreneurs assumeront les coûts de notre propre négligence. C'est juste l'hiver, après tout, le gros bon sens ne prend pas de vacances dans le Sud.

André Verville, Lévis

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer