L'automobile: quelle autre solution pour la banlieue?

«Avez-vous seulement songé à tout le temps et... (Photothèque Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve)

Agrandir

«Avez-vous seulement songé à tout le temps et l'argent que nous engouffrons collectivement et individuellement dans le puits sans fond de l'automobile?», s'interroge l'auteur, qui a extirpé sa voiture de la neige ce matin.

Photothèque Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Point de vue
Le Soleil

Tout en sortant ce matin afin d'accomplir la laborieuse mission d'extirper mon Toyota Yaris des lames de neiges que la tempête avait sculptées dans le stationnement, je me suis mis - encore une fois - à réfléchir à tous les problèmes et les encombrements que nous cause la voiture. En fait, j'ai pris l'habitude depuis quelque temps de porter une attention particulière aux nombreux inconvénients d'habiter un endroit où tout déplacement est dicté, régulé et pensé en fonction de la voiture : la Rive-Sud de Québec. Faites l'exercice, vous en tirerez assurément les mêmes conclusions que moi.

Bien sûr, cette réflexion s'est inévitablement nourrie du spin médiatique entourant le troisième lien et de «l'évidente nécessité» de se doter d'un axe routier supplémentaire afin d'améliorer la vie de l'automobiliste banlieusard que je suis. Pourquoi ne pas ajouter mon grain de sel à cette discussion de haute voltige débordante de «gros bon sens»? 

Trêve d'ironie, je dois souligner que ma formation de sténographe m'aide certainement à vous écrire ces lignes, mais ne me confère aucune compétence en génie ou en urbanisme. Néanmoins, comme plusieurs d'entre vous, je dois payer, entretenir, stationner, conduire, immatriculer, assurer - et aujourd'hui - déneiger ma voiture. 

Avez-vous seulement songé à tout le temps et l'argent que nous engouffrons collectivement et individuellement dans le puits sans fond de l'automobile? Y a-t-il gaspillage d'espace plus éhonté qu'un stationnement de centre d'achats?

Existe-t-il, socialement, spectacle plus grotesque que tous ces automobilistes à bout de nerfs, seuls dans leur boîte de tôle, les mains sur le volant, à la queue leu leu, écoutant la publicité à la radio et regardant fixement la fissure dans le pare-brise qu'il faudra réparer - encore une fois?

Sérieusement, lorsqu'on y pense, c'est le moyen de transport le plus inefficace qui soit pour notre époque. Et les solutions, elles existent. Regardez ce que certaines villes d'Europe possèdent comme offre de transport, vous échangerez le Centre Vidéotron demain matin pour un réseau comme celui de Copenhague. Il ne s'agit pas de complètement bannir la voiture - ça serait de toute façon impossible - mais d'offrir un véritable choix aux citoyens. Celles et ceux qui éprouvent un attachement sentimental, voire fétichiste, à leur automobile y trouveront eux aussi leur compte puisque la congestion serait chose du passé.

Mon propos n'a rien de moralisateur, moi-même j'ai roulé en BMW, j'adore les belles choses et les produits de qualité, comme beaucoup de gens. C'est d'ailleurs pourquoi je crois que les gens de Québec et de la Rive-Sud méritent ce qu'il y a de mieux : un transport en commun confortable, efficace, abordable et humain. 

Tout ce que nous dépensons individuellement afin de pouvoir nous déplacer en voiture est absolument ahurissant : réparation, changement de pneus, permis de conduire, immatriculations, essence - sans compter le temps pour aller à tous ces endroits - assurances, vignette de stationnement, mensualités, dévaluation de l'automobile, risques de blessure par accident, accrochages, déneigement, contraventions... 

Ajoutez à cela les dépenses collectives : asphaltage, réfection des ouvrages de génie civil tels les viaducs et les ponts, nids de poule, impacts environnementaux dus à l'échappement des moteurs à combustion, mais aussi des abrasifs qu'on épand en quantité industrielle sur les routes.

Et sur le plan humain, le temps que vous consacrez à conduire ne peut être utilisé pour lire, étudier, texter, réviser vos notes pour l'exposé que vous devrez présenter au travail, déjeuner sur le pouce ou payer vos comptes sur AccèsD. Le transport collectif pourrait permettre aux citoyens de mieux partager le temps et l'espace de la ville. Plus encore, vous pourriez apporter quelques retouches à votre maquillage sans risquer d'emboutir le parechoc de la voiture devant vous (OK, j'avoue que c'est cliché).

Qui sait, le sourire que vous avez échangé avec la jolie jeune femme de lundi dernier dans l'autobus mènera peut-être, jeudi, à une timide conversation (OK, ça aussi c'est cliché). Mais quand même, aucune chance qu'une telle rencontre fortuite puisse se produire quand on est enfermé dans son «cockpit» personnel en file indienne pour accéder au pont Pierre-Laporte. 

En transport en commun, nul besoin de vous soucier de votre taux d'alcoolémie au retour d'un souper bien arrosé ou de trouver un moyen, le lendemain, pour récupérer votre auto laissée dans la rue où demeure votre ami. Une bonne paire de bottes puis un laissez-passer mensuel et le tour est joué!

Il suffirait d'expérimenter pendant quelques semaines un service véritablement efficace de transport collectif et vous ne voudriez jamais revenir à la situation qui prévaut actuellement.

Je mets au défi ceux qui lisent ces lignes de dire, lorsqu'ils recevront leur prochaine contravention de photo-radar ou de stationnement : «Si je n'avais pas à me déplacer toujours en voiture, ça ne serait pas arrivé» plutôt que de dire : «S'il y avait plus de stationnements en ville, ça ne serait pas arrivé.»

Bref, les problèmes de déplacement que connaissent les résidents de Québec et ses banlieues ne sont pas causés par le manque d'autoroute, de stationnements ou l'insuffisance de voies de circulation sur un axe autoroutier, ils sont causés par la voiture, rien d'autre que la voiture. Voyons les choses en face. Le meilleur cadeau qu'on pourrait se faire collectivement - à nous et aux prochaines générations - serait un transport en commun à la hauteur de la fierté des gens de la région de Québec.

Olivier Bolduc, Lévis

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer