Une approche risquée et coûteuse

Que les gouvernements, tout comme les employeurs et employés qui financent des... (Archives La Presse)

Agrandir

Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Point de vue
Le Soleil

Que les gouvernements, tout comme les employeurs et employés qui financent des régimes d'assurances collectives, se préoccupent du contrôle des dépenses en médicaments, c'est normal. C'est même leur responsabilité.

Le meilleur moyen de réaliser des économies immédiates, sans impact sur les patients, est d'accroître le recours aux médicaments génériques de qualité. En 2015, le prix moyen d'une ordonnance exécutée avec des médicaments de marque était de 91,92 $ comparativement à 20,92 $ avec des médicaments génériques. Le calcul est simple : une économie moyenne instantanée de plus de 77 %!

Les ministres de la Santé partout au Canada, y compris au Québec, l'ont compris. Le ministre Barrette a d'ailleurs mis sur pied plusieurs mesures favorisant l'utilisation des médicaments génériques, reconnaissant la valeur d'un médicament vendu souvent cinq fois moins cher que son équivalent de marque. 

La priorité actuelle semble malheureusement accordée aux annonces d'apparence spectaculaire, comme le recours aux appels d'offres, au détriment des vraies économies et de la qualité des services.

Les impacts négatifs de l'application du seul critère du prix le plus bas sont reconnus. Dans le secteur du médicament, les risques touchent non seulement la stabilité des approvisionnements mais aussi les emplois et les investissements. Des économistes sont préoccupés, autant que des professionnels de la santé et des patients. 

En affaiblissant la concurrence, les appels d'offres pourraient ultimement générer un rebondissement des prix, annulant possiblement toutes les économies passées. 

Prisonniers de monopoles extrêmement coûteux

La situation est d'autant plus inquiétante lorsqu'on se penche sur l'accès futur aux versions génériques de médicaments encore protégés par des brevets. Il est peu probable que les fabricants de médicaments génériques fassent beaucoup d'efforts pour vendre de nouveaux produits en priorité ici si les conditions de commercialisation sont trop complexes, instables et peu avantageuses. À plus forte raison avec l'Accord économique et commercial global (AEGC) conclu entre le Canada et l'Union européenne, qui aura pour effet de prolonger les brevets de médicaments de marque de deux ans. 

Depuis 2010, les nouveaux produits génériques dont le lancement a été devancé sur le marché canadien grâce aux efforts des fabricants de médicaments génériques pour contester des brevets ont permis des économies annuelles moyennes de 625 millions $ au Québec seulement. 

Des économies qui risqueraient de fondre drastiquement si le ministre Barrette allait de l'avant avec des appels d'offres. 

Il est contreproductif de chercher à réduire de quelques sous le prix d'un médicament si cela a pour effet de nous faire payer beaucoup plus cher d'autres médicaments dans le futur. Les appels d'offres et le régime actuel de propriété intellectuelle pharmaceutique sont tout simplement incompatibles. Les appels d'offres, combinés à des niveaux de prix insoutenables, limiteraient sérieusement les incitatifs à contester les brevets, et nous forceraient à payer les prix de monopole pour encore plus longtemps qu'actuellement.

Il serait plus judicieux d'adopter une approche rigoureuse et équilibrée que de se laisser guider par l'illusion à courte vue des économies apportées par les appels d'offres. En maintenant la stabilité du secteur, il est possible de réduire les coûts à court terme et de payer moins cher dans l'avenir pour des médicaments de marque couteux aujourd'hui, tout en limitant les risques pour l'approvisionnement et l'économie. 

Le ministre Barrette gagnerait à s'engager dans la démarche soutenue par toutes les autres provinces plutôt que de tous nous entraîner dans un pari risqué aux conséquences inconnues. 

Jim Keon, président de l'Association canadienne du médicament générique

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer