Un jour nouveau se lève pour les institutions de mémoire

Les bibliothèques sont-elles devenues désuètes ?... (Patrick Woodbury, Archives Le Droit)

Agrandir

Les bibliothèques sont-elles devenues désuètes ?

Patrick Woodbury, Archives Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Point de vue
Le Soleil

À l'ère numérique, alors que la mémoire elle-même semble être une faculté désuète, à quoi donc peuvent encore servir les institutions de mémoire : les Bibliothèques, Archives et Musées (BAM)? Google, Amazon, Wikipedia, Facebook, Twitter et la vitesse foudroyante de leurs algorithmes ne suffisent-ils pas dorénavant à la tâche?

De temps à autre des questions d'apparence logique surgissent dans les médias : est-il opportun de construire de nouvelles bibliothèques? Ne conviendrait-il pas plutôt d'en réduire le nombre au profit d'une utilisation plus répandue du prêt de livres électroniques? Les musées virtuels ne représentent-ils pas la meilleure réponse à la nécessité de démocratiser la culture en la rendant accessible à l'échelle de tout le territoire, voire de toute la planète? Idem pour les centres d'archives : leurs fonds ne sont-ils pas tous numérisés et accessibles grâce à leurs propres plateformes ou celles d'Ancestry ou de Findmypast?

Et pourtant. Pourtant la fréquentation globale des institutions de mémoire est en hausse constante. La fréquentation des bibliothèques publiques des États-Unis a cru de 4 % au cours de la dernière année, la nouvelle bibliothèque publique d'Halifax a reçu au cours de la première année de son existence plus du double des visiteurs attendus (1,9 million par rapport à 900 000), le Musée des beaux-arts de Montréal reçoit maintenant plus d'un million de visiteurs chaque année et l'Observatoire de la culture et des communications révélait en mai dernier que la fréquentation des musées québécois avait atteint de nouveaux sommets en 2015 (14 millions d'entrées).

Ces données contre-intuitives ont amené un récent rapport de la British Library à conclure :

«Alors que le savoir et la culture se retrouvent de plus en plus en format numérique et sur des écrans, la valeur et l'importance de lieux physiques de haute qualité ne se diminuent pas : elles s'accroissent. Comme si, plus nos vies tournent autour des écrans, plus les rencontres en personne et la présence des artefacts prennent de la valeur. Les activités des deux sphères se nourrissent mutuellement.»

C'est avec ces données paradoxales en tête que s'est tenu, les 5 et 6 décembre derniers, le Sommet sur la valeur des bibliothèques, archives et musées, organisé par l'Association des musées canadiens et Bibliothèque et Archives Canada et placé sous l'égide de la Commission canadienne pour l'UNESCO. Le Sommet a réuni à Ottawa près de 300 personnes, aussi bien des spécialistes des «BAM» que des représentants des gouvernements et de la Société civile. 

L'objectif du Sommet était de faire l'état des lieux de la recherche sur la valeur sociale et économique des institutions de mémoire et de mettre en relief les expériences novatrices des uns et des autres - plusieurs de ces expériences étant d'ailleurs rendues possibles par les nouvelles technologies, technologies dont les GLAM ont été et demeurent des adeptes de la première heure. Une trentaine de conférenciers, dont le quart internationaux, mis en lumière quelques éléments forts de la problématique des institutions de mémoire en ce début de XXIe siècle :

• Les technologies - téléphones intelligents, applications mobiles, séquenceurs musicaux, réalité virtuelle, imprimantes 3D - sont à la fois porteuses de défis et d'occasions de développement. Du côté des défis : d'une part, bien sûr, l'obtention des ressources financières nécessaires à l'acquisition de ces technologies et, d'autre part, la recherche et la découverte des ressources humaines capables d'imaginer le fonctionnement optimal de ces nouvelles technologies. Du côté des occasions : la formidable démocratisation du savoir et de la culture qui résulte de la présence des GLAM dans les foyers des citoyens grâce au numérique; l'accroissement de fréquentation de leurs espaces que provoque la fréquentation virtuelle : en effet, en vertu du paradoxe évoqué plus haut, plus la consultation des données sur le web s'accroît, plus l'appétit pour la présence dans les salles de lecture et d'exposition s'accroît. Car, c'est un phénomène bien étudié, la fréquentation virtuelle des oeuvres et des artefacts ne suscite pas la même expérience que la présence physique : à preuve, les millions de personnes qui se précipitent chaque année devant la Joconde, alors qu'il suffit de deux clics pour la faire apparaître instantanément sur nos téléphones intelligents;

• Les nouveaux rôles joués par les institutions de mémoire - accueil des nouveaux arrivants, accès à la haute vitesse pour les personnes défavorisées, disponibilité des technologies avancées pour les artistes et les créateurs, initiation à la littératie financière, initiatives pour promouvoir la santé mentale et ouvertures multiples au monde culturel - sont méconnus par nos élites politiques, économiques et médiatiques qui fréquentent peu les institutions de mémoire, parce que leur statut économique favorise d'autres habitudes de consommation culturelle (c.-à-d. : l'achat plutôt que l'emprunt et la présence aux prestations gratuites);

• Le rôle des institutions de mémoire dans l'écosystème de la création n'est pas réductible à leur seule fonction d'ingestion et de conservation des oeuvres. Les BAM sont également présentes au début de la chaîne créatrice, fournissant inspiration et matériel aux artistes de toutes les disciplines - non seulement les auteurs et les poètes, mais les vidéastes, les musiciens, les peintres, les metteurs en scène, etc. 

Mais, au-delà du partage de connaissances, le Sommet d'Ottawa a aussi agi comme révélateur de l'unité véritable des institutions de mémoire, elles dont la tendance avait jusque lors été davantage à l'accentuation de leurs singularités plutôt qu'à la recherche de dénominateurs communs. 

Pourtant, les distinctions taxonomiques s'estompent depuis nombre d'années : les fusions qui ont mené à la création des deux grandes institutions documentaires que sont BAnQ et Bibliothèque et Archives Canada viennent spontanément à l'esprit, mais elles ne sont que la pointe d'un iceberg constitué par la présence d'archives et même de bibliothèques dans tous les grands musées - du musée Glenbow de Calgary et de sa riche collection archivistique, jusqu'au Centre Pompidou dont la Bibliothèque publique d'information est la plus fréquentée de France.

Forts de cette conviction, les participants au Sommet des 5 et 6 décembre ont adopté la Déclaration d'Ottawa par laquelle ils s'engagent à accroître la collaboration entre eux, à accentuer les occasions de participation citoyenne et à élargir l'accès à leurs collections afin de contribuer au bien commun. Un nouveau jour s'est levé pour les institutions de mémoire canadiennes. Ne l'oublions pas!

Guy Berthiaume, bibliothécaire et archiviste du Canada

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer