Le coût d'un bien ou d'un service est-il équivalent à sa valeur?

Seulement 8 % des dépenses en santé concernent les... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Seulement 8 % des dépenses en santé concernent les médicaments, 3 % concernant les honoraires pharmaceutiques.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Point de vue
Le Soleil

Depuis plusieurs mois, le ministre de la Santé s'acharne sur les pharmaciens.

Les montants perçus par les pharmaciens sont au centre de ses préoccupations et les multiples lois, règlements et amendements visent continuellement le coût des services pharmaceutiques, comme s'ils étaient à eux seuls responsables de tous les problèmes du budget alloué à la santé. Or seulement 8 % des dépenses en santé concernent les médicaments et dont 3 % concernent les honoraires pharmaceutiques.

On semble oublier ici que le coût du médicament augmente, que les médecins font plus de prescriptions (notamment en raison du vieillissement de la population) et donc que l'honoraire du pharmacien ne peut être à lui seul la cause de tous les maux.  

Et on semble surtout oublier que, au-delà de son coût, le travail du pharmacien a de la valeur.

Prenons premièrement le coût du service pour les assurés RAMQ. Le pharmacien reçoit pratiquement le même montant qu'il s'agisse d'une nouvelle ordonnance ou d'un renouvellement, peu importe que le conseil associé soit complexe ou non, que le dossier nécessite un suivi étroit ou non. Je laisse ici de côté le rapport coûtant du médicament et honoraire du pharmacien.

J'estime que cet honoraire unique, non majoré depuis plusieurs années (inchangé depuis 1997 pour être exact), n'est pas représentatif de la valeur réelle du service offert par le pharmacien. Il est même sous-payé. 

Pour les assurés du privé, le coût du service pharmaceutique, qu'il soit détaillé ou non sur la facture, représente un ensemble de frais, dont le montant réel du service pharmaceutique. Concernant l'honoraire sur untel médicament, qui peut dire ce qui couvre réellement le service cognitif fourni par le pharmacien?

Le ministre Barrette veut obliger les pharmaciens à ventiler leur facture afin que les clients soient mieux informés du coût du service pharmaceutique. Pour aller au bout de ce raisonnement, un pharmacien pourrait comptabiliser tous ses frais fixes et les diviser par son nombre moyen d'ordonnances en un an. Il prévoirait ensuite un montant juste et raisonnable pour son honoraire en prenant en considération la complexité du conseil et du suivi lié au type de médicament. 

Chacun de ces montants, ajoutés au prix coûtant du médicament, serait clairement inscrit sur la facture. Ainsi le client serait réellement informé de la valeur du service qu'il reçoit. 

Il en est de même pour les conseils pour les médicaments de vente libre. Coût : nul. Valeur? Avons-nous sauvé une visite chez le médecin? Avons-nous prévenu un mauvais usage de la médication? Avons-nous mis notre expertise au service du client? Il est faux de penser que le temps que nous y avons passé est couvert par les quelques dollars de profit faits sur le produit vendu, une fois nos frais fixes couverts. Demandez simplement à un client : «Pour vous, la consultation que vous venez d'avoir avec le pharmacien vaut combien?» et vous aurez votre réponse. Combien d'autres professionnels de la santé sont aussi disponibles, de jour comme de soir, tous les jours de la semaine, et offrent des consultations gratuitement? Cela a également, je crois, de la valeur pour la société.

Et ce, sans compter toutes les interventions que nous faisons gratuitement pour les assurés au privé. Encore une fois, le coût de ce service ne représente pas sa valeur réelle lorsqu'on met dans la balance l'expertise du pharmacien, les consultations médicales, visites à l'urgence et hospitalisations évitées, ainsi que l'amélioration de la qualité de vie du patient suite à nos interventions.  

À titre d'exemple, j'ai pris le temps d'intervenir dans le dossier d'un patient atteint d'asthme allergique et de MPOC qui éprouvait des difficultés respiratoires fréquentes. Suivi d'adhésion, explication sur la place de chaque médicament dans le traitement, revue de la technique d'utilisation, ajustement du traitement suite à une communication avec le médecin, suivis subséquents, etc. Temps investi : au moins une heure au total. Coût facturé : 0 $ (assureur privé). Valeur du service pour le patient : inestimable! 

Valeur du service pour la société : consultations médicales et visites à l'urgence évitées (700 $/jour).

Les différents acteurs dans le domaine de la santé sont d'accord sur ce point : la présence et l'intervention du pharmacien favorisent une meilleure utilisation de la médication, optimisent les traitements, réduisent les cascades médicamenteuses et évitent des hospitalisations. Pourquoi alors ne pas lui offrir davantage de moyens pour améliorer la pharmacothérapie? Encourageons le travail cognitif plutôt que la distribution. Rémunérons les revues de médication, optimisons la rédaction d'opinions (pourquoi pas un montant pour les opinions simples et un autre, bonifié, pour les complexes?) et surtout, étendons la couverture par la RAMQ de ces actes aux assurés du privé. Car lorsque ces personnes consultent un médecin ou sont hospitalisées, c'est l'argent public qui est investi.

En cette période de tourmente, je souhaite que l'ensemble du mode de rémunération du pharmacien soit revu et que ses services soient reconnus et rétribués à leur juste valeur. Arrêtez de taper sur le pharmacien. Tendez-lui plutôt la main, car il fait partie de la solution.   

Claudia-Kathleen LeBlanc, pharmacienne, Montréal 

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer