La reconversion des régions

Lors de la campagne électorale américaine, Donald Trump... (AP, Evan Vucci)

Agrandir

Lors de la campagne électorale américaine, Donald Trump avait visité, des ouvriers en Ohio, un État qui fait partie de la «ceinture de la rouille».

AP, Evan Vucci

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Point de vue
Le Soleil

La victoire de Donald Trump aux élections présidentielles américaines du 8 novembre dernier serait en partie attribuable au vote de protestation contre la mondialisation des électeurs de la «ceinture de la rouille».

D'abord surnommée la «ceinture manufacturière», cette région qui chevauche plusieurs États du nord-est et du centre des États-Unis fut pendant une bonne partie du XXe siècle le coeur industriel et un des poumons économiques de ce pays. En raison notamment de l'accélération de la libéralisation des marchés après la Deuxième Guerre mondiale, le territoire a été confronté au cours des dernières décennies à la fermeture d'usines, à la délocalisation d'entreprises et plus largement à la désindustrialisation. Ce phénomène a eu pour effet d'affecter la quantité et la qualité des emplois disponibles (en termes de salaires entre autres) et a entraîné du même souffle les communautés dans une spirale de dévitalisation économique et sociale.

Cette problématique mise en lumière par les récentes élections présidentielles américaines n'est pas nouvelle et pose toute la question de la reconversion des régions, c'est-à-dire la transition de la vocation d'un territoire à une autre par différentes interventions sur la main-d'oeuvre, le tissu économique et la communauté. Lors d'une reconversion, la vocation territoriale peut évoluer vers de nouvelles activités comme les services ou encore l'économie du savoir, mais elle peut aussi demeurer industrielle. On parlera alors de reconversion industrielle. Compte tenu du fait que les activités industrielles et manufacturières constituent toujours un puissant moteur économique, la reconversion industrielle présente des attraits réels du point de vue du développement.

Au Québec, l'économie de diverses régions et de villes, petites et moyennes, situées au Centre-du-Québec, en Montérégie, en Estrie, dans Lanaudière, en Mauricie ou encore au Saguenay-Lac-Saint-Jean et sur la Côte-Nord, repose sur des activités manufacturières. Certaines villes ont, au cours des vingt dernières années, fait l'objet de processus de reconversion réussis, on peut notamment penser à Drummondville, alors qu'ailleurs, comme à Sorel-Tracy, les processus sont toujours en marche. Il est acquis que les mutations économiques et technologiques inhérentes au système capitaliste auront pour effet de confronter d'autres régions aux enjeux de la reconversion dans un avenir plus ou moins rapproché.

À titre d'exemple, la numérisation de l'économie a déjà commencé à avoir des conséquences importantes sur les activités manufacturières et industrielles et oblige les entreprises à s'adapter. De même, l'intérêt grandissant envers le concept d'économie circulaire pourrait bien être une avenue à explorer pour des régions soucieuses de s'engager dans un développement économique durable.

Dans un contexte où les ressources et les organismes voués au développement régional sont malmenés par le gouvernement du Québec, il s'agit d'une belle occasion pour rappeler à nos décideurs l'importance d'avoir une vision et des instruments adaptés aux défis que posent les transformations économiques, et ce pour l'ensemble des régions et des secteurs économiques du Québec. Là où cela s'impose, une politique de développement régional qui favorise et appuie l'action et l'implication des acteurs locaux devrait normalement pouvoir s'arrimer à une politique industrielle novatrice et ambitieuse dans un objectif de réduction des disparités. L'exacerbation des disparités et les différentes fractures observées dans la société américaine devraient nous servir d'avertissement sur les conséquences que celles-ci peuvent avoir sur le climat social, économique et politique. Il en va du bien-être socioéconomique et de la vitalité des régions et de l'ensemble du Québec.

Marc-André Houle, Candidat au doctorat, Chaire de recherche du Canada en études québécoises et canadiennes (CRÉQC), département de science politique, UQAM

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer