Maquillage électoraliste au PLQ et à la CAQ

Le premier ministre Couillard nous promet tardivement un... (La Presse Canadienne)

Agrandir

Le premier ministre Couillard nous promet tardivement un gouvernement sans taches et un parti ouvert à ses militants.

La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Point de vue
Le Soleil

La dernière fin de semaine a été consacrée à des séances de «Botox» et de «lifting» pour ces deux partis fédéralistes qui avaient bien besoin de se faire remonter le portrait.

Le premier ministre Couillard nous promet tardivement un gouvernement sans taches et un parti ouvert à ses militants. Autant dire qu'il veut greffer un nouvel ADN à une formation politique dont les gènes risquent de rejeter cette transplantation pour cause d'incompatibilité. Ce serait un renversement surprenant, compte tenu de l'historique de ce parti qui s'est souvent servi dans le plat à bonbons au lieu de servir l'intérêt public.

Du côté de la CAQ ou «the CAQ», François Legault, équilibriste entre deux chaises, se veut le défenseur d'un Québec nationaliste dans un Canada uni. Ce n'est pas l'invention du siècle, puisque dans les années antérieures, cette formule a démontré sa grande faiblesse vis-à-vis un gouvernement central qui ne veut pas reconnaître la spécificité d'un Québec différent à l'intérieur du Canada. Ce n'est pas un Justin Trudeau qui va démontrer le contraire. Dans l'hypothèse peu probable d'un gouvernement caquiste aux prochaines élections, quel serait le pouvoir réel de négociation de Legault, quant à une fin de non-recevoir de ses interlocuteurs fédéraux et provinciaux? Dans ce dossier, la CAQ évolue dans un futur antérieur où la démagogie ne peut cacher ce retour en arrière peu probant pour le Québec.

J'ose espérer que cette poudre aux yeux de ces deux partis fédéralistes ne viendra pas aveugler les Québécois. Aux prochaines élections, ces derniers porteront un jugement sur un gouvernement dont l'éthique a souvent été mise en cause et sur une deuxième opposition qui ne cesse de se contorsionner pour se donner une position électoraliste. Même si Jean-François Lisée a reporté le référendum, la souveraineté demeure la solution la plus crédible afin que le Québec puisse tirer son épingle du jeu dans cette économie de plus en plus mondialisée.

Marcel Perron, Neuville

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer