François Legault, multiple tout-en-un

Le chef caquiste François Legault... (La Presse Canadienne, Jacques Boissinot)

Agrandir

Le chef caquiste François Legault

La Presse Canadienne, Jacques Boissinot

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Point de vue
Le Soleil

Monsieur Legault, vous déclarez avoir toujours été nationaliste. D'où vient ce besoin de vous justifier encore? Vous sentez-vous incompris? Pensez-vous qu'un chef politique pour être crédible, se doit d'avoir une ligne maîtresse, une suite dans les idées, s'y tenir, pour qu'elle fleurisse et porte les fruits d'un engagement responsable et assumé?

Vous fûtes député-ministre péquiste, auteur d'un testament démontrant la rentabilité d'un Québec autonome et prospère, puis démissionnaire, puis fondateur d'un parti proposant d'harmoniser deux solitudes : l'une souverainiste et l'autre fédéraliste fondement, somme toute, d'une nouvelle nation libre et prospère. Ce fut de loin votre meilleure idée. Mais, elle nécessitait du temps, de l'aplomb, de la stabilité, de la ténacité et beaucoup de fidélité à soi-même et aux autres dans leur confiance donnée. Qu'à cela ne tienne, vous abandonniez tout ça et redeveniez un nationaliste purifié, pour, dites-vous, sauver notre langue. Nous sommes plus qu'une langue, je cite de mémoire M. Lévesque : «Nous sommes quelque chose comme un grand peuple.» Et, vous voilà devenu à nouveau un chef inspiré, recyclé, ouvert, voire sympathique, mystifié par l'appel du coeur, se voulant la voix des Québécois.

Ce n'est pas le fait de vous entendre changer souvent d'idée sur le fond qui heurte. C'est le fait de changer de personnage, dans le sens de persona, masque de théâtre. Vous êtes vrai, dans tous ces rôles. J'en suis certain. Mais, je ne sais plus quel rôle ni quel personnage vous n'incarnez, ou n'incarnerez. J'attends donc avec impatience votre prochaine perle politique.

Aujourd'hui donc, vous êtes tout ensemble nationaliste, autonomiste, fédéraliste, canadien prônant loyauté à Sa Majesté la reine. Vous espérez que votre conversion toute fraîche attire la sympathie, vous apportera le pouvoir, pour pouvoir gouverner autrement? Pour savoir qui nous sommes, ne faut-il pas savoir qui on est et où l'on va?

M. Legault, vous suivre est révélateur. Entre, sans cesser d'être soi, devenir autre, tout autre, avec passion devrait, pour un chef politique, compter plus que tout. Faire peau neuve, changer de personnage, être un et plusieurs, sans cesser d'être soi tient du miracle ou du mirage. Seuls, un théâtre créatif, un vaudeville appliqué, un bon roman peuvent offrir l'équivalent. Monsieur Legault, puis-je vous le dire amicalement, trop, c'est comme pas assez. Rappelez-vous Duplessis, Daniel Johnson père avec égalité ou indépendance, René Lévesque et le beau risque, Jean Lesage et son statut particulier, M. Bourassa avec Meech tous furent rabroués, rejetés par Ottawa. De guerre lasse, M. Bourassa écrira : «Quoi qu'on dise, qu'on fasse, le Québec est, aujourd'hui et pour toujours, une société distincte, libre et capable d'assumer son destin et son développement.» Entre être ou n'être pas. Monsieur Legault, que sont devenus nos rêves? Vers qui iront vos adhérents déçus?

Roger Simard, Saint-François-de-l'Île-d'Orléans 

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer