Trump: le vote de la communauté blanche

L'élection de Trump est une réaction politique essentiellement... (AFP, Brendan Smialowski)

Agrandir

L'élection de Trump est une réaction politique essentiellement ethnique et culturelle de la communauté nationale blanche et chrétienne, estime l'auteur.

AFP, Brendan Smialowski

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Point de vue
Le Soleil

À propos de l'élection américaine, le phénomène le plus étonnant qui devrait nous inquiéter et nous inciter à la réflexion est que la victoire de Donald Trump est largement attribuable à la radicalisation du vote des électeurs de la communauté blanche.

Il s'agit d'une réaction politique essentiellement ethnique et culturelle de la communauté nationale blanche et chrétienne qui depuis déjà quelques années ayant pris conscience du déclin des valeurs anglo-saxonnes, a attribué ce déclin à l'immigration, en particulier celle des latinos, Mexicains ou autres. Cette réalité fut l'objet de plusieurs études depuis une dizaine d'années, dont celle, magistrale, de Samuel Huntington : Qui sommes-nous? Identité nationale et le choc des cultures, parue en 2004. Cette vaste étude qui démontrait que la fracture démographique correspondait à l'échelle de son pays à celle du monde (dans cette vaste étude Le Choc des civilisations, parue en 1996). Il fut évidemment accusé de pratiquer la tactique de peur et de proposer une thèse inutilement alarmiste. Or, comme le démontre la recherche du journaliste Doug Saunders dans le Globe and Mail (12/11/16), les chiffres parlent et démontrent que l'élection de Trump fut le produit du vote de la communauté blanche, puisque 90 % des Américains qui ont voté pour lui sont issus de ce groupe d'électeurs, et que 90 % des électeurs des groupes ethniques ont voté contre lui.

Il faut évidemment reconnaître que la radicalisation de cette population blanche, ouvrière et peu instruite s'explique aussi par une situation socio-économique désastreuse qui a exacerbé son ressentiment. Mais une chose est certaine, Donald Trump a réussi à exploiter sans vergogne des émotions latentes dans un pays déjà tenté par l'appel du pire : soit celui d'attribuer son déclin à la présence envahissante de l'étranger.

Claude Poulin, Québec

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer