Les festivités envahissantes dans l'espace public

En réaction au point de vue publié le 4 novembre «Veiller à l'équilibre des... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Point de vue
Le Soleil

En réaction au point de vue publié le 4 novembre «Veiller à l'équilibre des besoins et des droits»

J'abonde dans le sens du texte d'opinion publié le 4 novembre dans Le Soleil «Veiller à l'équilibre des besoins et des droits», qui dénonce l'importance croissante que prennent les festivités intempestives dans l'espace public à Québec. Pour servir les intérêts d'une minorité d'exploitants, ces initiatives tendent à brimer la liberté des citoyens. Le même phénomène existe dans des municipalités de taille plus modeste en région.

Pour ma part, après avoir toujours vécu dans des grandes villes, j'ai choisi de m'installer il y a un peu plus d'un an à Baie-Saint-Paul, réputée pour ses paysages et son atmosphère paisible. Or, je constate que les élus s'emploient à modifier cette image afin de plaire à une population plus jeune, censée favoriser davantage le développement économique. L'esprit de la fête associé à cette clientèle est valorisé au point de transformer notre milieu de vie. Il y a une telle volonté «d'animer» l'espace public que j'ai de plus en plus l'impression de retrouver ce que j'avais voulu fuir en m'installant ici. Je pense me faire le porte-parole de beaucoup de gens de ma génération qui n'osent pas s'exprimer publiquement sur cette question.

Prenons par exemple Le Festif!, qui se veut un tremplin pour la relève dans le domaine musical. En sept années d'existence, ce festival n'a cessé de croître grâce à un lobby efficace. Les organisateurs, avec le concours de certains commerçants, ont convaincu le conseil municipal d'en faire une attraction majeure. Pendant quatre jours d'affilée lors de la période des vacances de la construction, le Festif! a carte blanche pour présenter des spectacles en plein air au centre-ville, et ce, jusqu'aux petites heures du matin. Les échos des performances suramplifiées des artistes empêchent des résidents de dormir jusqu'à un kilomètre à la ronde. On fait fi de la réglementation, comme à la Saint-Jean et à la Fête du Canada. Même les spectacles de rue gratuits offerts en après-midi, souvent en présence d'enfants en bas âge, sont exagérément bruyants.

Le maire et une majorité de conseillers favorables au Festif! vantent ses retombées économiques, principalement pour les secteurs de l'hôtellerie et de la restauration. Pourtant, par beau temps durant l'été, les touristes ont depuis toujours l'habitude d'affluer à Baie-Saint-Paul, destination incontournable dans Charlevoix. Nous avons bien d'autres atouts à faire valoir qu'un festival de musique tapageur, calqué sur ceux de Montréal et de Québec. La plupart de nos commerçants ne peuvent retirer qu'un avantage limité du surcroît d'achalandage généré par ce genre d'événement hypermédiatisé. Par contre, la communauté dans son ensemble doit en subir les inconvénients.

Une pression énorme s'exerce sur les services municipaux confrontés à l'afflux de visiteurs. Des bouchons de circulation sur les voies d'accès aux différents sites du Festif! entravent les déplacements et compromettent les interventions en cas d'urgence. L'hébergement ne peut répondre à la demande pendant cette période si la météo est favorable, comme ce fut le cas l'été dernier. De nombreux festivaliers ont dû passer la nuit à la belle étoile sur des terrains privés; certains sont allés camper sur la plage municipale. Par ailleurs, des citadins amateurs d'activités de plein air, non prévenus de la tenue du festival, se sont retrouvés malgré eux pris dans son engrenage. D'autres auront renoncé à venir chez nous précisément à cause du Festif!

Autre irritant : loin de prôner la modération, les organisateurs du Festif! incitent les spectateurs à étancher leur soif en consommant «des tonnes de bière» (dépliant officiel). Des coupons à cet effet et un service de bar font partie des avantages du passeport de la Zone VIP de la scène du Mouvement Desjardins, partenaire de l'événement. On renforce ainsi dans l'esprit du public, surtout constitué de jeunes, l'association entre la fête, la musique et l'alcool, devenu un ingrédient essentiel au succès de l'entreprise. Il n'y a pas de raison d'en être fier, quoi qu'en disent les gens d'affaires impliqués - les brasseries locales et les détenteurs de permis d'alcool au premier chef - et bien sûr les élus qui ont trouvé là un moyen de «mousser» leur popularité.

L'équipe du Festif! prend de l'expansion à Baie-Saint-Paul. Elle participe maintenant à l'organisation de spectacles pour d'autres occasions, telles les célébrations de Noël et du jour de l'An. On nous annonce que cet hiver le centre-ville sera de nouveau envahi par une bande d'amuseurs. Les chansons à boire seront sans doute à l'honneur. Notre municipalité a beau être entourée de montagnes, la vie y serait trop «plate» pour plusieurs sans une dose récurrente d'animation festive - préférablement bien arrosée - dans l'espace public.

Clément Fontaine, Baie-Saint-Paul

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer