Les aventures de Gaétan

Pourquoi un résident de Portneuf devrait se rendre...

Agrandir

Pourquoi un résident de Portneuf devrait se rendre à Québec pour accéder rapidement à des soins de première ligne? Sont-ce là les effets bénéfiques de la réforme Barrette? se demande l'auteur de ces lignes.

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Point de vue
Le Soleil

Les gens de Portneuf se sont récemment mobilisés pour obtenir les soins de santé qu'ils sont en droit de recevoir : plus de 20 000 signatures dernièrement déposées à l'Assemblée nationale.

Pour bien illustrer le problème que vivent les Portneuvois (loin de moi l'idée de mettre ici en cause le dévouement du personnel médical), prenez le temps de lire ci-dessous les aventures d'un Portneuvois. Nous l'appellerons Gaétan, en l'honneur du ministre aux promesses d'efficacité du système, toute ressemblance avec la réalité n'étant pas que le fruit du hasard. 

Un bon vendredi matin, Gaétan, un résidant du nord de Portneuf, se réveille avec un oeil atteint d'une conjonctivite. Même si son médecin de famille s'occupe fort bien de lui lors de ses rendez-vous, il apparaît inutile à Gaétan de tenter de rencontrer ce médecin dont les pages du cahier de rendez-vous sont remplies pour quelques semaines à l'avance. 

Le réflexe du malade est de se rendre à l'urgence de l'Hôpital régional de Portneuf à Saint-Raymond où il n'y a qu'un médecin de garde que l'arrivée d'une ambulance peut monopoliser. Comme la salle d'attente est bondée et que sa vie n'est pas en danger, il estime que le triage le classera probablement P-4 ou P-5, c'est-à-dire priorité 4 ou 5, bref sur les tablettes du bas de la petite étagère. Cela signifierait, pour Gaétan, plusieurs heures d'attente. 

Tout à coup, un flash : pourquoi ne pas aller à une clinique d'optométrie locale? Nouvelle déception! La réceptionniste l'informe qu'il n'y aura pas d'optométriste de service avant mardi. Il y laisse tout de même ses coordonnées au cas où il y aurait une annulation. Gaétan en conclut que la dernière ressource locale apte à l'aider rapidement est le pharmacien. Celui-ci lui conseille un onguent antibiotique sans ordonnance qu'il devra appliquer durant la fin de semaine.

Le lundi matin, comme l'effet de l'onguent tarde, nouveau passage à l'urgence encore bondée et retour à la clinique d'optométrie où c'est toujours complet. Gaétan se résigne à téléphoner à une clinique d'ophtalmologie de Québec où il a déjà reçu des soins il y a quelques années. 

Là aussi on ne peut le recevoir pour le moment. Finalement, il décide de se rendre en ophtalmologie à l'Hôpital du Saint-Sacrement où on refuse de le voir parce qu'il n'est pas référé par un médecin. La préposée à l'accueil lui suggère de passer par l'urgence de l'établissement et que si on ne peut le traiter adéquatement, il sera immédiatement référé en ophtalmologie. Gaétan s'y inscrit à 11h45 et, à 13h, il en sort après avoir vu un des deux médecins de garde. 

Deux mois plus tard, une toux persistante afflige Gaétan et lui dicte de consulter. Même situation que précédemment quant à la possibilité de voir le médecin du Groupe de médecine familiale (GMF). Donc, nouvelle visite à l'urgence de l'Hôpital régional de Portneuf, où c'est encore bondé. Il serait P-quoi? 

Le samedi, une amie lui conseille de téléphoner à la clinique sans rendez-vous de Val-Bélair. Une visite sur le Web lui apprend que l'on peut demander un rendez-vous pour le lendemain à compter de 21h la veille. À 21h05, Gaétan s'exécute et obtient illico un rendez-vous pour le lendemain, dimanche, à 9h15. Après avoir rencontré une infirmière, puis le médecin (il y en avait deux), Gaétan est de retour chez lui une heure plus tard.

Est-ce que quelqu'un peut expliquer à Gaétan pourquoi il devrait se rendre à Québec pour accéder à des soins de première ligne, et rapidement? Sont-ce là les effets bénéfiques de la réforme Barrette?  Gaétan serait-il un cas unique? Il semblerait bien que non et c'est pourquoi les gens de Portneuf se sentent délaissés quant à l'accès à des soins. Le Gaétan ministre est-il conscient de ce manque de services? Le Dr Simon-Pierre Landry, du Regroupement des omnipraticiens pour une médecine engagée, avait peut-être raison de rappeler, dernièrement, que le fait d'être inscrit à un GMF ne veut pas nécessairement dire accès au système de santé. 

Souhaitons que le plan de distribution des effectifs médicaux sur le territoire de Portneuf proposé par le Dr Gilles Hamel et le député Matte trouve une oreille attentive le plus rapidement possible.

Antoine Lacoursière, Lac Sept-Îles

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer