Hydro-Québec: nés pour un petit paysage?

Le projet de transport d'énergie d'Hydro-Québec vers trois... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Le projet de transport d'énergie d'Hydro-Québec vers trois États américains crée un précédent extrêmement embarrassant et risque de causer un tort terrible à l'ensemble des actions de conservation qui se déploient en terres privées dans le Sud du Québec, dénonce l'auteur.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Point de vue
Le Soleil

On a trop longtemps, dans notre histoire, associé les Québécois à des porteurs d'eau nés pour un petit pain. Le développement d'Hydro-Québec a certes contribué à dissiper cette image. Mais par un drôle de retour de flamme, cet outil de l'émancipation des Québécois nous propose aujourd'hui, pour une même infrastructure de ligne de transport électrique, de traiter les Québécois, leurs paysages, leurs milieux naturels, avec un double standard où les citoyens américains seront nettement avantagés.

Pour honorer un contrat d'exportation d'électricité d'une valeur estimée de 1, 4 milliard $ de dollars avec trois États américains, Hydro-Québec et son partenaire américain Evenmore doivent construire une nouvelle ligne de transport qui reliera le poste Des Cantons près de Sherbrooke à Deerfield au New Hampshire. Pour ce faire, Hydro-Québec a choisi de traverser une zone de conservation avec une ligne aérienne dans la partie québécoise du massif des montagnes blanches le long et au sud du mont Hereford. 

Pendant ce temps, aux États-Unis, on prévoit enfouir la même ligne sur le tiers du tracé, soit sur plus de 100 kilomètres, pour éviter d'affecter les paysages majestueux de la région de Franconia et du mont Lafayette. Et un vaste mouvement réclame que l'ensemble de la ligne soit enfoui en territoire américain.

Dans la partie québécoise, Hydro-Québec prévoit fragmenter un vaste massif forestier protégé d'une grande valeur sur le plan écologique. Sa protection par Forêt Hereford et Conservation de la Nature Canada, via une réserve naturelle et une servitude de conservation, représentait un gain significatif pour la connectivité écologique entre le Canada et les États-Unis.

Il est consternant qu'Hydro-Québec ait minimisé de façon aussi importante la valeur et la portée de la réserve naturelle Neil-et-Louise-Tillotson et de la servitude de conservation forestière de la forêt communautaire Hereford qui s'y rattache dans son étude d'impacts. Ce faisant, ce projet de transport d'énergie crée un précédent extrêmement embarrassant et risque de porter un tort terrible à l'ensemble des actions de conservation qui se déploient en terres privées dans le sud du Québec.  

Double standard

Les répercussions de ce projet risquent d'être extrêmement négatives pour des organismes tels Corridor Appalachien qui a protégé plus de 13 000 hectares en terres privées depuis 15 ans et pour tous les acteurs de la conservation dans le sud du Québec. En effet, comment convaincre les donateurs privés d'investir en conservation, si on ne peut garantir la protection de ces territoires dans le futur ?

Comment expliquer ce double standard pour un même projet ? Hydro-Québec considère-t-elle les milieux protégés dans le sud du Québec comme une future aire de développement pour ces projets? Pour quelle raison le traitement réservé aux Québécois diffère-t-il de celui réservé aux Américains? Sommes-nous nés pour de petits paysages?

Hydro-Québec invoque les contraintes économiques et techniques pour justifier son choix. Les mêmes arguments avaient été amenés il y a 30 ans (!) pour s'opposer à un projet au passage sous-fluvial d'une  ligne à courant continu entre Portneuf et Lotbinière. Il a fallu un vaste mouvement de citoyens, une commission du BAPE présidée par André Beauchamp qui a fait école; et même, dit-on, l'intervention de Trudeau père auprès de Robert Bourassa pour faire entendre raison à Hydro-Québec. Ce projet était réalisable et s'est réalisé. Hydro-Québec en a même exporté la technologie.

Il appartient aux autorités d'aujourd'hui, à la Commission du BAPE chargé d'étudier le projet, à messieurs Heurtel, Arcand et Couillard de ramener à l'ordre Hydro-Québec. Le passage sous-terrain de 18 kilomètres en contournant la zone de conservation entraînerait des coûts supplémentaires de 62 millions $ (estimé d'Hydro-Québec). Pas la mer à boire pour un projet d'exportation d'énergie «verte» très profitable, dont la valeur est de 1,4 milliard $. Non, nous ne sommes pas nés pour de petits paysages.

Christian Simard, directeur général Nature Québec 

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer