Des bonnes intentions qui mènent nulle part

« On a voulu protéger l'agresseur parce qu'il a... (Image tirée d'une video sur Facebook)

Agrandir

« On a voulu protéger l'agresseur parce qu'il a un siège à l'Assemblée nationale », a déclaré mercredi soir la victime Alice Paquet.

Image tirée d'une video sur Facebook

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Point de vue
Le Soleil

Le 14 octobre 2015, je publiais dans Le Soleil une lettre ouverte concernant le comportement de certains députés de l'Assemblée nationale au cours des années 1970-2000. En même temps, je mettais en doute la pertinence de la politique de prévention et de résolution des situations de harcèlement au travail pondue par quelques député(e)s bien intentionné(e)s de l'Assemblée nationale.

Le cas d'Alice n'entre pas tout à fait dans cette catégorie puisque l'événement ne s'est pas passé à l'Assemblée nationale. Mais on voit tout de même que vos bonnes intentions ne vous mènent nulle part puisqu'un député s'est permis de poser des gestes inappropriés envers une jeune femme au même moment où vous présentiez votre politique.

Ne disiez-vous pas au journaliste Gilbert Lavoie que les choses changeraient à l'Assemblée nationale avec cette politique? Des rencontres n'ont-elles pas eu lieu pour instruire les députés des conséquences de leurs gestes sur eux-mêmes, leurs familles, et surtout sur les victimes? Cela veut donc dire que vous n'avez jamais donné suite à vos bonnes intentions...

Malgré tout, encore une fois, on a mis en doute, de façon pas mal dégradante, la parole d'une femme agressée. 

Je m'adresse tout particulièrement au député de Dubuc, Serge Simard, qui dans un élan de grande maladresse intellectuelle - disons-le - s'est permis de mettre en doute la parole d'Alice, mais de plus l'a traitée d'ignorante, comme s'il était impossible qu'une jeune femme connaisse le nom d'un député. Ça confirme ce que je dis toujours: vous êtes bien un homme de votre époque qui a «oublié» d'évoluer.

J'ai travaillé 30 ans à l'Assemblée nationale, et je n'ai aucun doute sur ce qu'affirme Alice concernant la conduite des policiers. Il en était de même à mon époque. Malheureusement, les journalistes en faisaient autant. Cela se passait à une époque que je croyais révolue, mais avec les événements des derniers jours, on voit bien que «la culture du silence se poursuit».

Annette Beaulieu, Québec

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer