Appuyons sur l'accélérateur économique

François Legault... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

François Legault

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Point de vue
Le Soleil

Dans les années de croissance économique, il faut réduire le plus rapidement possible la dette publique. Mais dans les périodes d'anémie, il faut plutôt stimuler l'économie. C'est la clé de la relance et surtout une pratique que le gouvernement devrait appliquer dans sa prochaine mise à jour économique.

Malgré une hausse du fardeau fiscal des Québécois et des coupes dans les services, le gouvernement libéral rate systématiquement ses objectifs de réduction de notre dette. Cela entraînera de nouvelles compressions, qui étoufferont encore davantage l'économie québécoise. 

Il faut rompre ce cercle vicieux!

Pour les cinq prochaines années, le gouvernement libéral prévoit verser près de 15 milliards $ dans le Fonds des générations. En raison des coupes et de la hausse des taxes et des tarifs, il peut aussi compter sur des surplus budgétaires.

Il y a une fenêtre qui s'ouvre. Il faut en profiter pour appuyer sur l'accélérateur économique, sans sacrifier les services à la population et en maintenant le cap sur l'équilibre budgétaire.

De l'argent neuf dans l'économie

Le Fonds des générations a été créé pour réduire notre endettement. C'est un instrument important et utile, dont l'objectif n'est pas remis en question. Mais il faut bien comprendre une chose. Ce qu'on verse dans le Fonds, c'est autant d'argent qui pourrait être injecté dans notre économie au moment même où elle en a le plus besoin. Or, pour réduire l'endettement, il faut tenir compte d'une condition essentielle : la prospérité de notre économie. 

Le gouvernement doit réinvestir en éducation. C'est la première chose à faire pour ceux qui ont à coeur le sort des prochaines générations. Il faut également prendre des mesures pour stimuler l'investissement privé. La CAQ a fait plusieurs propositions concrètes dans ce sens dans les derniers mois. 

Mais dans l'immédiat, il faut retourner aux Québécois une partie des milliards de dollars que le gouvernement a pigés dans leurs poches. La consommation représente 60 % de notre économie. En ce moment, plusieurs citoyens ont de la misère à joindre les deux bouts. Leurs salaires augmentent peu depuis plusieurs années.

J'exhorte le gouvernement à utiliser une partie des surplus budgétaires et des versements prévus au Fonds des générations pour baisser les impôts de 500 $ par personne, donc de 1000 $ par famille. C'est nécessaire pour donner de l'oxygène aux familles, et un coup de fouet à notre économie. Pour être efficace à court terme, la baisse d'impôt devrait être introduite dès la mise à jour budgétaire et de façon rétroactive. 

Agir maintenant

Mettre les familles au pied du mur, ce n'est pas une politique fiscale acceptable. Multiplier les compressions qui font souffrir des personnes vulnérables, ce n'est pas une politique budgétaire acceptable. Et couper les vivres à nos écoles, c'est nuire à nos jeunes. 

Pourquoi poursuivre cette politique de l'échec? Plusieurs experts soulignent qu'il faut maintenant stimuler les économies des pays développés partout sur la planète.  Les Québécois ne peuvent accepter que le gouvernement Couillard agisse seulement en fonction de ses intérêts à la veille des élections en 2018.

François Legault, chef de la Coalition avenir Québec

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer