Josée Blanchette et «la face cachée du cancer»

Guy A. Lepage n'aurait-il pas dû inviter quelqu'un... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Guy A. Lepage n'aurait-il pas dû inviter quelqu'un pour contrebalancer les propos tenus par Josée Blanchette le 2 octobre sur le plateau de Tout le monde en parle?

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Point de vue
Le Soleil

Comme des milliers de mes concitoyens, j'ai écouté, à Tout le monde en parle le dimanche 2 octobre 2016, la chroniqueuse Josée Blanchette, que j'aime beaucoup lire dans Le Devoir, nous parler de ses trois cancers et de la chimiothérapie qu'elle a refusée et qu'elle conteste vigoureusement. Selon ses dires, le cancer ne se guérit pas et réapparaît tôt ou tard.

Bien mal m'en prit, je n'ai pas dormi pendant trois nuits en pensant que mon propre cancer n'était peut-être pas guéri et qu'une autre chimiothérapie deviendrait sûrement nécessaire. Cette condamnation sans nuances de l'efficacité de la chimiothérapie dont je suis pourtant la preuve vivante m'a secoué au-delà de ce que j'aurais pu prévoir.

Le bonnet d'âne revient à l'animateur Guy A. Lepage, responsable de l'émission, qui aurait dû nous montrer dans la même émission l'autre côté de la médaille. Même si l'entrevue avec le Dr Félix Couture, oncologue à L'Hôtel-Dieu de Québec, serein et précis, a permis de remettre les pendules à l'heure la semaine suivante, le mal était fait.

Une mise en garde aurait pu éviter tout ce traumatisme. Il aurait suffi de lire l'avertissement très explicite qui figure au tout début du livre et qui se lit comme suit :

«Les renseignements contenus dans cet ouvrage sont fournis uniquement à titre personnel et ne constituent pas un avis médical. En aucun cas, l'auteur ne recommande l'abandon ou le report des traitements de chimiothérapie, de radiothérapie ou de quelqu'autre soin que ce soit. L'auteur et l'éditeur ne peuvent être tenus responsables de tout dommage, direct ou indirect, consécutif à l'utilisation de l'information qui y est présentée. Avant de prendre une décision de nature médicale, ou pour toute question concernant votre santé, veuillez consulter un professionnel de la santé qualifié.»

Si j'avais lu cela avant l'émission, j'aurais sûrement mieux dormi et j'aurais été moins angoissé comme tant de patients aux abois qui ont saturé les lignes téléphoniques dans le système hospitalier. Je dois avouer que, comme coup de marketing pour le livre de Josée Blanchette, c'est réussi. J'ai acheté le livre et je l'ai lu. Les nombreux témoignages tout aussi émouvants les uns que les autres qui jalonnent les données scientifiques et statistiques constituent un excellent outil pour faire comprendre que la médecine et la pharmacie ont leurs limites et leurs zones de doutes. Le livre lance un appel clair et intelligent à se responsabiliser, à s'informer et à se documenter. La médecine alternative, souvent contraire aux intérêts des multinationales pharmaceutiques, est un adjuvant complémentaire trop peu connu et encore trop peu utilisé. La mosaïque des soins préventifs et palliatifs que l'on trouve dans le livre m'a beaucoup intéressé et beaucoup appris. À chacun de choisir un équilibre entre les propositions de son médecin et ce qui va l'aider à vivre bien.

Jean-Louis Bourque, politologue, Québec

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer