L'équité selon Philippe Couillard...

Québec a tout simplement laissé tomber le taxi... (La Presse Canadienne, Graham Hugues)

Agrandir

Québec a tout simplement laissé tomber le taxi au Québec, estime l'auteur.

La Presse Canadienne, Graham Hugues

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Point de vue
Le Soleil

(Québec) Je suis le débat d'Uber et des taxis au Québec depuis le début. Je constate que Québec a tout simplement laissé tomber le taxi au Québec. C'est pourtant le gouvernement qui a mis en place l'encadrement du taxi, et ce, pour mettre de l'ordre dans un fouillis total dans l'industrie du fait d'un manque de contingentement il y a plusieurs décennies.

Aujourd'hui, on nous dit qu'il faut laisser la place à Uber en leur offrant sur un plateau 300 permis de taxi qui correspondraient à 50 000 heures de travail pour tout le territoire du Québec. Imaginons que si on atteint 150 000 heures, on arrive à 900 permis de taxi!

En considérant qu'Uber exploite ses activités principalement dans les villes de Montréal et les environs et Québec, le nombre de permis explosera dans ces municipalités. Il est évident qu'il y aura diminution des revenus. Le calcul est tellement simple, qu'un jeune enfant comprend.

Comment M. Couillard peut-il dire que la situation est équitable?

Uber acquittera des redevances pour les dépassements d'heures... la belle affaire, c'est le client qui paiera. Uber n'aura pas un sou additionnel à payer pour être légal. Les TPS et TVQ sont acquittées par le client et ce sont les chauffeurs qui devront produire leur rapport au ministère du Revenu. De plus, c'est Uber qui aura l'obligation de vérifier si les assurances sont conformes (conformes à quoi exactement?), de faire vérifier les antécédents judiciaires de ses chauffeurs par une compagnie privée qui n'a pas accès aux mêmes bases de données que la police, donc moins fiables (alors que les chauffeurs de taxi doivent le faire auprès de la police). L'inspection mécanique sera également de la responsabilité d'Uber... quelle forme de contrôle est prévue par le gouvernement?

Les chauffeurs de taxi ont un encadrement très rigide, doivent respecter les territoires établis par la Commission des transports du Québec, doivent souscrire une assurance commerciale, payer une immatriculation à fort prix, faire vérifier leur voiture auprès de garages mandatés par la Société de l'assurance automobile du Québec et ont dû acquérir un permis de taxi en hypothéquant leurs biens, et ce, faut-il le rappeler pour suivre les lois applicables au domaine du taxi au Québec.

Si c'est la définition d'équité de M. Couillard, on a de quoi être inquiet au Québec!

Suzanne Germain, Lévis

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer