Usagers de la santé: abolir ou privatiser les derniers recours?

La vaste réorganisation du réseau public de santé... (Archives La Presse)

Agrandir

La vaste réorganisation du réseau public de santé et des services sociaux, consécutive à la loi 10, a non seulement fragilisé, mais rendu inefficace le Régime d'examen des plaintes, comme l'ont mentionné plusieurs observateurs avisés.

Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Point de vue
Le Soleil

Le Mouvement PHAS profite de la Semaine des droits des usagers du réseau de la santé et des services sociaux pour réitérer ses inquiétudes à court terme au sujet des derniers recours qui subsistent pour les usagers du réseau de la santé afin de faire valoir leurs droits et d'avoir accès à des services de qualité dans un délai raisonnable.

La vaste réorganisation du réseau public de santé et des services sociaux, consécutive à la loi 10, a non seulement fragilisé, mais rendu inefficace le Régime d'examen des plaintes, comme l'ont mentionné plusieurs observateurs avisés. Les centres d'assistance et d'accompagnement aux plaintes (CAAP), qui doivent accompagner les usagers dans leur démarche de plainte, perdent de plus en plus de leur raison d'être dans ce contexte de centralisation et de non-redevabilité.

Les comités d'usagers et de résidents, eux aussi protégés par la Loi sur les services de santé et les services sociaux (LSSS), ont survécu pour le moment aux diverses réformes, mais leur voix est marginalisée à l'intérieur des nouveaux conseils d'administration contrôlés par des super pdg qui contrôlent les mégastructures que sont les CIUSSS/CISSS.

Le ministère de la Santé, à qui nous avons adressé nos questionnements et demandes, continue de nous répondre que rien n'a changé et que tout va bien. Par contre, le ministre Barrette a déjà indiqué qu'il voulait modifier la LSSS pour «l'adapter» à son «nouveau» réseau. D'ailleurs, certains sentant peut-être les modifications à venir, de nouvelles offres privées d'accompagnement des usagers ont fait leur apparition, comme le programme Protection santé du Conseil pour la protection des malades, moyennant 50 $ pour l'abonnement annuel.

Comment se fait-il qu'à peu près personne ne réagisse à cette fuite en avant des droits des usagers alors même que nous soulignons ces jours-ci l'importance de ces mêmes droits?

Est-ce que la chape de plomb imposée à tous les acteurs du réseau par le ministre réduit au silence même ceux pour qui c'est le mandat?

Dans les dernières années, les «chiens de garde» des services publics que sont le Commissaire à la santé et au bien-être et le Protecteur du citoyen ont été, dans un cas, aboli, et dans l'autre, régulièrement ignoré. La population du Québec, dont les personnes en situation de handicap et leurs proches, mérite mieux en termes de droits et de services. Nous méritons vraiment mieux que d'être obligés d'aller crier, au cas par cas, notre détresse dans les médias en espérant qu'un élu ou qu'un cadre du réseau daigne se retourner vers nous. Nous avons besoin de solutions collectives à des problèmes systémiques.

Mathieu Francoeur et Olivier Martin, Mouvement des personnes handicapées pour l'accès aux services (PHAS)

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer