Un bulldozer dans les Trois-Petits-Lacs

Il y a, à l'échelle réduite des Trois-Petits-Lacs... (Photothèque Le Soleil, Yan Doublet)

Agrandir

Il y a, à l'échelle réduite des Trois-Petits-Lacs à Stoneham, la même problématique que pour le lac Saint-Charles (photo). La différence est que nous nous battons pour prévenir la dégradation de nos lacs alors qu'au lac Saint-Charles, c'est un combat pour «sauver les meubles», indique l'auteur.

Photothèque Le Soleil, Yan Doublet

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Point de vue
Le Soleil

Depuis plusieurs mois, un important débat oppose la Communauté métropolitaine de Québec (CMQ) et la municipalité de Stoneham pour la protection du lac Saint-Charles. Certaines décisions de la CMQ ont créé des inquiétudes chez certains de nos concitoyens de Stoneham. Il aurait été malvenu de notre part d'émettre un point de vue différent du leur. Mais aujourd'hui, le temps est venu de le faire.

Il existe à la tête du bassin versant du lac Saint-Charles un secteur de Stoneham nommé «Les Trois-Petits-Lacs». Trois petits lacs en effet de par leurs dimensions réduites, mais surtout des lacs d'une extrême fragilité à cause de leur profondeur moyenne d'environ deux mètres, des fortes pentes les ceinturant et de la nature des sols du secteur. Ceci dit, le lieu étant propice à des activités de plein air, de plus en plus de gens s'y sont bien légitimement installés. Des problèmes secondaires à leurs constructions sont apparus et une association de propriétaires y fait face depuis 1974 en collaboration avec la municipalité de Stoneham, l'Association de protection de l'environnement du lac Saint-Charles (APEL), l'Université Laval et différentes instances gouvernementales. Mais voilà, il est évident que ce secteur est maintenant assez construit. C'est complet, no vacancy!

Nous sommes rendus aujourd'hui à près de 80 habitations dans le bassin versant des Trois-Petits-Lacs, soit, en d'autres termes, à 13 installations sanitaires autonomes (ISA) au kilomètre carré. C'est tout près du seuil critique de 16 où il y a risque de contamination des eaux souterraines, et donc des lacs environnants et des puits artésiens des résidents. Nous avons déjà d'importants problèmes d'écoulement de sédiments dans les lacs, mais notre municipalité continue de délivrer des permis de construction! Nul doute que les professionnels de notre municipalité suivent les règles en vigueur et appliquent les nouvelles technologies et façons de construire. Malgré cela, la majorité des cours d'eau de Stoneham se sont dégradés ces dernières années. Pas question que nos Trois-Petits-Lacs subissent le même sort! Il faudrait que notre municipalité freine elle-même la construction dans notre secteur.

Eh bien non, surprise!

Jamais dans le passé il n'avait été question de développer l'arrière du centre de ski de Stoneham, zone correspondant à environ 75% du bassin versant des Trois-Petits-Lacs et où se situent leurs principaux tributaires. Des activités de plein air «douces» auraient pu y recueillir l'acceptabilité sociale et environnementale requise. Mais depuis un mois, c'est plutôt un bulldozer qui est dans la montagne, même le dimanche! De grandes surfaces de terrain en pente ont été déboisées pour construire des chemins forestiers. À ce jour, même en ayant recours à la Loi sur l'accès à l'information, nous n'avons pas réussi à connaître la nature exacte de ce qui se prépare là. Les membres de notre association nous interpellent et sont en droit d'exiger plus de transparence et de rigueur de leur municipalité. Même conforme et légal, il est inacceptable selon nous d'aborder le développement et l'aménagement d'un territoire naturel de cette façon.

Alors, chez nous aussi les gens ont des inquiétudes compréhensibles! Ces chemins forestiers seront-ils de nouveau transformés en chemins privés ou en allées d'accès? La municipalité envisage-t-elle un changement de zonage favorable au développement immobilier? Qui se préoccupe de l'effet de tout ce déboisement sur l'écosystème des lacs situés en contrebas? La conservation du paysage naturel des lieux est-elle un enjeu considéré?

En résumé, il y a, à l'échelle réduite de nos Trois-Petits-Lacs, la même problématique que pour le lac Saint-Charles. La différence est que nous nous battons pour prévenir la dégradation de nos lacs alors qu'au lac Saint-Charles, c'est un combat pour «sauver les meubles». Pour nous, au-delà de quelques cas de «patrimoine personnel» encore gérables, il y a surtout l'importance de protéger le «patrimoine collectif»: l'eau et les paysages naturels. Lors du Conseil municipal du 15 août dernier, notre maire a reconnu «les risques auxquels sont soumis actuellement les Trois-Petits-Lacs». Alors, pourquoi faut-il que ce soit la CMQ qui freine la construction dans notre secteur?

Vincent Piette, président de l'Association des propriétaires des Trois-Lacs de Stoneham

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer