Aider les jeunes à se libérer de la dépendance

Il y a quatre ans, j'entrais à la Maison Jean-Lapointe après 10 années de... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Point de vue
Le Soleil

Il y a quatre ans, j'entrais à la Maison Jean-Lapointe après 10 années de consommation intense. Je venais de bousiller mon adolescence et le début de l'âge adulte à essayer de trouver le bonheur et l'estime personnelle dans l'alcool et les drogues.

Tout ça s'est déclenché à mes 14 ans, au moment du décès de mon père, âgé de 39 ans. Un grand vide et un certain désespoir s'est installé en moi. J'ai alors trouvé une sorte de réconfort et une illusion de légèreté dans la fête et dans la consommation d'alcool. L'instant d'une soirée, le plaisir s'emparait de moi à nouveau.

Quand on dit que l'alcoolisme est une maladie, on veut dire par là qu'elle ne fait aucune distinction entre une caissière, un notaire, un entrepreneur, une chirurgienne, etc. Dans mon cas, garçon de bonne famille, allumé, en santé, la maladie m'a frappé, sournoisement. 

M'emprisonnant dans la dépendance, pendant que je décevais ceux que j'aime et que j'abandonnais mes rêves un à un. Si j'utilise le terme emprisonnement, c'est que j'entretenais souvent le désir d'aller réellement en prison, alors que derrière les barreaux, j'aurais finalement été protégé de moi-même et j'aurais enfin pu me sevrer. Oui, même la prison semblait m'offrir plus de liberté que ma dépendance.

Avec le recul, c'est certain que si j'avais été mieux informé des dangers qui pouvaient survenir, j'aurais peut-être opté pour une autre soupape. J'aurais probablement consulté une personne-ressource de mon école pour obtenir de l'aide. Au lieu de cela, avec l'alcool, j'ai fui la réalité et j'ai perdu la raison.

Heureusement, il y a de l'espoir. Aujourd'hui, les jeunes du secondaire sont chanceux de pouvoir compter sur des ateliers de prévention aux drogues et à l'alcool, comme celui de la Fondation Jean-Lapointe! Si j'avais eu la chance de poser des questions et d'échanger sur la consommation, est-ce que j'aurais développé les mêmes comportements par rapport à celle-ci? Poser la question, c'est y répondre.

Mathieu, 23 ans, bénévole dévoué de la Fondation Jean-Lapointe

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer