Mettre à jour la mission des cégeps

Chaque fois qu'un projet de réforme a été proposé pour modifier l'orientation... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Point de vue
Le Soleil

Chaque fois qu'un projet de réforme a été proposé pour modifier l'orientation des programmes de cégep, ce fut un échec. Les réactions corporatistes ou syndicales ont empêché qu'il se réalise. Sauf dans le cas de la réforme de 1995 visant la mise en oeuvre d'une politique de la réussite avec son application de programmes axée sur l'acquisition de compétences. Une politique dont les effets pédagogiques pernicieux ne sont jamais dits!

À mon avis, le problème le plus grave des cégeps, c'est l'absence d'un système sérieux d'évaluation. Un système qui prend la mesure des savoirs, des compétences projetées et des résultats obtenus. Et ce, pour chacun des programmes. Sauf dans le cas de l'enseignement professionnel, là où l'on doit compter sur un exercice rigoureux de contrôle externe pour la sanction des études, ce n'est pas le cas pour le secteur préuniversitaire (général).

Par ailleurs, je découvre comme bien d'autres que les cours de formation générale ne donnent pas les résultats attendus. Pensons au problème de la langue écrite et parlée, de l'état de la pensée critique largement déficiente chez un très grand nombre d'étudiants. Ceux qui accueillent nos diplômés dans les milieux de travail ou dans le cadre des programmes universitaires le constatent régulièrement. Rappelons à cet effet que la conception de la formation générale défendue ces jours-ci par certains intervenants pour contrer le projet de  réforme de la ministre David remonte à une époque révolue de notre histoire scolaire (celle des années 60).

On devrait savoir que pour arriver à transmettre la culture humaniste que nous souhaitons, il y a d'autres voies tout aussi prometteuses. Il faut aller voir ailleurs! L'exemple des cégeps anglophones qui appliquent la règle de la pluridisciplinarité est inspirant. En somme, je crois que nos institutions collégiales ont besoin d'une véritable mise à jour de leur mission. La société québécoise connaît une mutation culturelle et technologique qui impose plus que jamais un tel exercice. La création d'une commission d'étude (oui! Une autre commission) m'apparaît donc souhaitable. Elle aurait comme objet d'examiner l'état des besoins et de recommander les moyens d'une nouvelle vocation pour nos cégeps. Avec une mission plus conforme aux exigences de notre société en devenir.

Claude Poulin, Québec

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer