Le FSM de Montréal, une poche de résistance malgré tout

Chico Whitaker, l'un des pères fondateurs de la... (AFP, Marc Braibant)

Agrandir

Chico Whitaker, l'un des pères fondateurs de la Charte du Forum Social Mondial, décrit l'événement comme un espace ouvert qui permet un débat d'idées démocratiques et un échange d'expériences.

AFP, Marc Braibant

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Point de vue
Le Soleil

Pour la première fois dans l'histoire du mouvement altermondialiste, le Forum Social Mondial (FSM) s'est réuni du 9 au 14 août 2016, dans un pays du Nord, plus précisément à Montréal, véritable petite poche de résistance au néolibéralisme en Amérique du Nord. C'était un pari risqué d'organiser l'événement dans un pays riche et fortement industrialisé, le Canada, à deux pas du pays le plus capitaliste du monde, les États-Unis d'Amérique.

Noyé dans l'actualité olympique, les festivals d'été et les accidents de la circulation, le FSM reste fort peu connu de la plupart des Québécois. Il fallait un solide acte de foi dans l'efficacité de cette mouvance pour tenir un tel rassemblement malgré toutes les tracasseries politiques et administratives de toutes sortes : refus de visas, menaces à peine voilées contre la délégation palestinienne, menaces de coupes des subventions gouvernementales, problèmes de financement de délégations des pays pauvres, menaces de retrait de délégations en conflit avec d'autres pays participants, etc.

Chico Whitaker*, l'un des pères fondateurs de la Charte bien particulière du FSM, définit le forum comme étant un espace ouvert qui permet un débat d'idées démocratique, et l'échange d'expériences en toute liberté, afin de favoriser l'articulation d'actions efficaces par des instances et des mouvements de la société civile internationale. Depuis 2001, le FSM recherche explicitement une alternative à la mondialisation néolibérale et au capitalisme prédateur par une mondialisation de la solidarité, de l'entraide et de la coopération.

Pourquoi Montréal?

La candidature de Montréal été acceptée sur dossier lors de la rencontre du Comité international à Tunis, en 2014. La ville présentait tous les atouts pour organiser et animer une pareille rencontre. Ville internationale, ville universitaire, ville cosmopolite ouverte au bilinguisme, espace syndical multiple et expérimenté, espace environnemental très conscientisé, espace de liberté et d'égalité pour les femmes, pour l'expression des nations autochtones, lieu de rencontre des parlementaires progressistes et démocrates du monde entier, bref, une ville accueillante, ouverte au changement.

Comme tous ceux qui l'ont précédé - Porto Alegre (à quatre reprises), Mumbai, Karachi, Caracas, Dakar, Nairobi, Belém, Tunis (à deux reprises) - le Forum de Montréal a pour préoccupation principale d'éveiller les consciences et de favoriser la participation citoyenne sur d'innombrables terrains d'action : les changements climatiques, les inégalités socioéconomiques, l'éradication du racisme et de la pauvreté, la défense de la démocratie et des États de droit, la lutte contre les discriminations de toutes sortes et les guerres de religion, la théologie de la libération, l'impact de la finance internationale, les paradis fiscaux, les luttes autochtones, syndicales et féministes, la place des jeunes dans nos sociétés de plus en plus perturbées et inquiètes. Il peut être difficile de comprendre le mode de fonctionnement original d'un tel événement. Mille deux cents activités autogérées, représentant pas moins de 1000 organisations provenant de 118 pays, ont été présentées en l'espace de cinq jours seulement. Pas de déclaration finale. Des centaines d'ateliers, des grandes conférences publiques, des prestations artistiques, des marches et des manifestations, des forums parallèles et des forums régionaux se sont tenus simultanément dans plusieurs lieux du centre-ville de Montréal. Bravo aux inspirateurs et aux organisateurs!

Comment lutter contre le désintérêt des pays riches pour les suites à donner aux recommandations de la COP 21 de Paris? Concilier la promotion de l'économie avec celle de la défense de l'environnement reste la quadrature du cercle. Vendre des armes aux États voyous reste prioritaire pour un État qui se prétend démocratique et défenseur des droits de l'homme! Selon l'économiste canadien, Michel Chossudovsky, spécialiste en la matière, la fondation FORD qui a des liens secrets avec la CIA et le gouvernement américain, la corporation ROCKEFELLER et la Fondation Tides financeraient les activités des FSM, ce qui créerait un lien de dépendance. Ce financement est-il pure philanthropie? Cache-t-il une volonté de mainmise?

Déjà certains militants du FSM estiment qu'on ne peut à la fois lutter contre les élites du libéralisme de Wall Street et les géants du pétrole mondial, et s'attendre en même temps à ce qu'elles financent leurs activités. Si les corporations financent la dissidence, c'est inévitablement pour la contrôler et l'utiliser. Le Conseil international du FSM devra gérer cette contradiction qui risque d'hypothéquer lourdement son devenir et sa crédibilité. Mais l'élan de sa base est tel que les FSM existent et s'adaptent aux changements en privilégiant l'être humain par rapport au profit financier, et en combinant le changement social et le changement personnel. Malgré la tentation d'accepter les largesses du capitalisme tentaculaire, tous les idéalistes ouverts, progressistes, altruistes et généreux continueront à animer ces mouvements sociaux porteurs d'espoir pour un véritable changement sur le terrain dans nos sociétés inégalitaires et désespérantes pour tant de pauvres. Ils continueront à travailler pour toujours davantage de démocratie et de justice, si bien que rien ni personne ne pourra empêcher ce vaste mouvement des peuples opprimés de la terre de marcher pour la liberté, la dignité et le progrès.

Jean-Louis Bourque, politicologue, Québec

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer