Deux beaux festivals en quête de maturité

L'auteur signale plusieurs points à améliorer lors des... (Le Soleil, Yan Doublet)

Agrandir

L'auteur signale plusieurs points à améliorer lors des Fêtes de la Nouvelle-France - dont on voit ici le défilé d'ouverture - et du Festival d'opéra de Québec.

Le Soleil, Yan Doublet

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Point de vue
Le Soleil

Après 50 ans, voilà que l'on vient de vivre un Festival d'été quasi parfait pour reprendre le qualificatif des organisateurs. Voilà un festival très rodé effectivement! Deux autres festivals importants dans notre région, plus jeunes, doivent encore mûrir.

Le jeudi 28 juillet, j'assiste au spectacle de la brigade lyrique du Festival d'opéra de Québec, place de l'Hôtel-de-Ville (entre l'hôtel de ville et la basilique). Quatre chanteurs, accompagnés au piano, présentent un beau répertoire lyrique léger de 30 minutes. Toutefois, le résultat fut médiocre... non pas à cause de la qualité des voix ou de l'accompagnement, mais parce que rien n'a été fait dans leur environnement pour favoriser le succès du spectacle.

Ainsi, en 30 minutes, deux autobus du Réseau de transport de la Capitale sont passés, un autobus nolisé de touristes, quelques voitures et une moto... Pire, un convoyeur à déchets de la Ville, avec le tintamarre qu'il crée, est passé vider et compresser les déchets des poubelles autour de ce petit espace.

Enfin, tout au long du généreux rappel, les cloches de la basilique ont submergé le chant et la musique des artistes. Aurait-on pu légèrement détourner la circulation pendant 30 minutes? Aurait-on pu modifier l'horaire du convoyeur à déchets de la Ville? Aurait-on pu demander à la direction de la basilique de ne pas faire sonner les cloches à ce moment?

Le samedi 6 août, tout près du site des Fêtes de la Nouvelle-France, je me promène rue Saint-Jean et m'arrête coin D'Auteuil en attente de voir passer un défilé qui part du parc de l'Artillerie pour se rendre au Château Frontenac. Quelle ambiance règne-t-il alors? Un type joue un solo de batterie sous la porte Saint-Jean et, à quelque 300 mètres de là, un autre amuseur de rue chante du Johnny Cash et du Elvis...

Est-ce l'ambiance attendue à l'occasion de ces belles Fêtes? Ne serait-il pas préférable, en appui à ces Fêtes, d'entretenir l'ambiance du XVIIe siècle, en ayant une petite chorale chantant les airs folkloriques de l'époque, en ayant des musiciens jouant la musique de l'époque, en ayant un conteur racontant la vie de l'époque, en faisant une place à la nation huronne-wendat avec toute leur culture (chant, musique, danse) qui était là au XVIIe siècle?

J'ai aussi assisté au défilé d'ouverture des Fêtes. J'ai remarqué qu'il y avait davantage de chants folkloriques du répertoire francophone (ex.: En passant par la Lorraine). Bravo! Ces Fêtes sont une des rares occasions de l'année de transmettre aux plus jeunes ce patrimoine. Suggestion: les moins de 40 ans ne connaissant pas souvent les paroles de ces chansons, pourquoi ne pas distribuer, juste avant le début du défilé, un feuillet avec les paroles des cinq ou six principales chansons et permettre aux spectateurs de participer davantage au chant?

Enfin, j'ai remarqué qu'il y avait encore, mais de façon moins soutenue, heureusement, ces joueurs de tam-tam que l'on voit partout, des manifestations syndicales au défilé de la fierté gaie, etc. Que font-ils dans ce contexte du XVIIe siècle que l'on cherche à créer? Voilà deux magnifiques événements qui ont besoin de maturité.

Michel LeBlond, Québec

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer