Choisir entre le pétrole et l'argent du pétrole

Il est certain que nous ne pourrons nous... (Archives La Presse)

Agrandir

Il est certain que nous ne pourrons nous défaire du pétrole avant un certain temps. Entre-temps, il serait beaucoup plus intelligent et sage d'utiliser les revenus qu'il peut encore générer pour améliorer nos chances de nous en départir, écrit l'auteur.

Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Point de vue
Le Soleil

En réaction au texte «Les hydrocarbures au Québec, c'est non!» publié le samedi 30 juillet

Petula Clark chantait autrefois «Tout me monde veut aller au ciel, oui mais personne ne veut mourir». La nature humaine étant ce qu'elle est, on dirait bien que rien ne change, la population veut le beurre et l'argent du beurre. Notre problème au Québec et au Canada, c'est que nos élus tentent de nous conforter dans l'idée que l'on peut avoir les deux si on crie suffisamment fort pour obtenir leur attention et bloquer les projets qui peuvent nous déranger. S'ils étaient honnêtes intellectuellement, il y en aurait au moins un ou deux qui diraient: «Si je vous donne le beurre, vous devrez faire une croix sur l'argent par exemple.»

Philippe Couillard enrobe son discours de sucre vert en disant que le Québec doit s'affranchir du pétrole et créer une industrie basée sur les énergies vertes. Paradoxalement, il maintient ses tarifs d'électricité parmi les plus bas en Amérique, empêchant toute industrie basée sur les énergies alternatives de s'y développer, on préfère gaspiller l'électricité pas chère en se chauffant directement avec plutôt que de rendre économiquement rentable l'installation de systèmes combien plus efficaces de thermopompes et d'énergie solaire et éolienne pour les résidences et les commerces.

Il est certain que nous ne pourrons nous défaire du pétrole avant un certain temps. Entre-temps, il serait beaucoup plus intelligent et sage d'utiliser les revenus qu'il peut encore générer pour améliorer nos chances de nous en départir. On lave plus blanc que blanc au Québec, on n'a pas d'argent, on n'en aura jamais d'ailleurs parce qu'on aime mieux rester pauvres et vertueux que de prendre le taureau par les cornes et d'utiliser le formidable levier économique que l'argent du pétrole représente encore pour se donner les moyens de nos ambitions vertes.

À trop vouloir le beurre et l'argent du beurre, le Québec va regarder passer la parade. C'est une chance qu'il y a des milliardaires visionnaires comme Elon Musk et son entreprise Tesla qui, eux, ont compris que c'est avec de l'argent et une vision à long terme que l'on peut se donner les capacités de réaliser ses projets et de changer le cours de l'histoire. Ceux qui crient au meurtre parce qu'on utilise l'eau d'Anticosti dont personne n'a besoin pour l'exploration pétrolière peuvent bien rêver d'un monde meilleur, ils ne sont certainement pas de ceux qui vont mettre l'épaule à la roue pour le réaliser, ils vont juste s'opposer à autre chose. Tiens, peut-être la vente d'électricité aux Américains, pourquoi pas?

André Verville, Lévis

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer