Médecin de famille: bonne chance et patience

L’augmentation de la rémunération des médecins négociée par... (Archives La Presse, David Boily)

Agrandir

L’augmentation de la rémunération des médecins négociée par les libéraux est devenue « insoutenable et injustifiable, au regard de l’état des finances publiques et de la rémunération des autres Québécois », estime Jean-François Lisée.

Archives La Presse, David Boily

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Point de vue
Le Soleil

En réaction au point de vue «Médecins de famille sans familles» paru le 23 juillet

J'ai lu le point de vue de Mme Labrecque concernant la clinique médicale Centre de l'Hétrière et je suis tout à fait d'accord avec elle. En fait, je vis exactement le même problème. Plus de médecin de famille depuis un an et personne d'autre dans cette clinique pour me prendre, puisque je n'ai pas de problème de santé majeur. 

Pour compléter, ma fille a un médecin de famille dans cette clinique également, mais en appelant en juin pour un problème de santé, elle s'est fait dire de rappeler en août pour prendre un rendez-vous avec sa médecin de famille. Wow, quel service! Elle a dû aller dans une autre clinique d'urgence et attendre 6 heures pour se faire dire qu'elle avait des otites, amygdalites et sinusites.

De plus, il faut appeler la veille pour prendre rendez-vous au sans rendez-vous le lendemain. Bonne chance et surtout patience! Avant, quand les enfants étaient jeunes, on pouvait aller à l'urgence dans cette clinique et voir n'importe quel médecin pour des problèmes immédiats. D'ici quelques années, il n'y aura plus de cliniques publiques ou semi-privées, mais privées uniquement. Ensuite, on se demande pourquoi les hôpitaux sont débordés. 

Un système brisé

La réponse est simple, plus de services dans plusieurs cliniques médicales. Aussi, plusieurs médecins de ces cliniques (GMF) quittent pour le privé, plus payant, mais qui ne sert qu'aux personnes plus aisées financièrement. Quand on pensera à M. Barrette lorsqu'il quittera la politique (et j'espère que ce sera aux prochaines élections), on se souviendra de celui qui a brisé notre système de santé publique très envié dans d'autres pays, en le privatisant; celui qui ferme tranquillement nos CLSC (celui de Cap-Rouge, entre autres) et qui se sert de leur personnel pour ses supercliniques. Actuellement, dans les CLSC, c'est 20 minutes d'attente pour voir un travailleur social. On se présente, pas besoin de rendez-vous. 

En GMF, il faut passer par son médecin - donc prendre rendez-vous avec lui, ce qui peut prendre deux mois - pour qu'il nous réfère à un travailleur social. M. Danny Roy rappelle que pour voir un travailleur social en GMF, encore faut-il y être inscrit. M. Barrette a fait augmenter le salaire des médecins de 87,5 % et de 93 % pour les spécialistes entre 2010 et 2020, et ce, en période d'austérité, lui qui a dépassé son budget de plus de

400 millions $ et qui doit couper dans les services aux citoyens et dans les programmes pour combler ce manque à gagner. Quelle mauvaise gestion, lui qui a finalement décidé d'aider SABSA, un organisme très efficace qui coûte beaucoup moins cher aux citoyens, à la suite des pressions de tous les côtés, sinon il ne serait jamais intervenu, qui a aboli le poste du commissaire à la santé, poste stratégique pour nous éclairer sur la prise de décisions gouvernementales et contribuer à l'amélioration de l'état de la santé et au bien-être des Québécois, etc. la liste serait encore très longue. Honte à ce gouvernement.

Estelle Bertrand, Québec

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer