Libérez Homa Hoodfar

Née en Iran, Homa Hoodfar est établie à... (Photo Amanda Ghahremani, archives La Presse Canadienne)

Agrandir

Née en Iran, Homa Hoodfar est établie à Montréal depuis 30 ans, où elle a enseigné à l'Université Concordia.

Photo Amanda Ghahremani, archives La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Point de vue
Le Soleil

Le comité condamne toute forme de répression à la liberté de parole. Notre rôle consiste à promouvoir la littérature des femmes, à soutenir et à encourager la liberté d'expression des écrivaines ou des journalistes d'ici et d'ailleurs, quels que soient leur âge, leur race, leur religion, leur nation ou leur orientation sexuelle. Nous mettons en oeuvre tous les moyens possibles pour défendre les femmes incarcérées ou harcelées à cause de leurs opinions.

En visite dans sa famille en Iran au mois de février dernier, madame Homa Hoodfar est arrêtée une première fois au mois de mars et relâchée sous caution, puis arrêtée et incarcérée le 6 juin dernier. Depuis cette date et sans motif connu, elle est détenue à la prison d'Evin à Téhéran où sont incarcérés de nombreux prisonniers politiques iraniens. Plus récemment, le lundi 11 juillet, nous apprenions que madame Hoodfar était inculpée par le procureur de Téhéran sans aucune précision quant à la nature des accusations déposées contre elle.

Madame Homa Hoodfar est née en Iran et établie au Québec depuis plus de 30 ans. Anthropologue de renommée internationale, elle est professeure émérite à l'Université Concordia de Montréal, auteure de livres et de nombreux articles. Âgée de 65 ans, cette professeure et chercheuse s'intéresse à la condition des femmes et elle a mené plusieurs recherches dans de nombreux pays. L'intérêt qu'elle porte à la condition des femmes musulmanes semble représenter un irritant majeur pour les autorités iraniennes.

La nièce de madame Hoodfar, Amanda Ghahremani nous informe qu'elle souffre d'une maladie neurologique dégénérative, une myasthénie grave, et a subi un AVC l'année dernière. Depuis son arrestation, madame Hoodfar vit dans des conditions difficiles et stressantes qui comportent un risque sérieux pour sa santé. Durant les derniers mois, elle a été soumise à des interrogatoires répétés dont la durée pouvait excéder huit heures consécutives. En outre, nous ignorons si madame Hoodfar reçoit les médicaments dont elle a besoin pour éviter que son état de santé se détériore.

Nous déplorons le fait que les autorités iraniennes aient complètement isolé madame Hoodfar de toute forme de communication extérieure. Conséquemment, sa famille, ses amis, ses collègues et son avocat sont privés d'informations susceptibles de l'aider et elle-même est privée de leur soutien moral et professionnel.

Le Comité femmes du Centre québécois du P.E.N. international est profondément attristé et outré par l'incarcération sans motif connu de madame Homa Hoodfar. Nous dénonçons son isolement complet qui nous empêche de connaître son état de santé, ses conditions de détention et les raisons de son emprisonnement.

Nous exigeons la libération immédiate de madame Homa Hoodfar détenue injustement pour des accusations non précisées.

Germaine Beaulieu et Hélène Lépine, responsables du Comité femmes, Centre québécois du P.E.N. international

Membres et amies du comité : Christine Eddie, Rae Marie Taylor, Laure Morali, Julie Stanton, Françoise Guénette, Francine Pelletier, Raymonde Provencher, Ariane Émond, Nathalie Barton, Hélène Vachon

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer