Molosses et autres chiens du même acabit

Selon l'auteur de cette lettre, un molosse capable de... (La Presse Canadienne)

Agrandir

Selon l'auteur de cette lettre, un molosse capable de tenir tête avec brio à un loup sauvage n'a pas sa place avec des humains, qu'ils soient en ville ou en campagne.

La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Point de vue
Le Soleil

Faire preuve de jugement est un apanage de l'homme à ce que je sache. Or, dans le cas des chiens dangereux, il apparaît que nous en manquions beaucoup si l'on considère ce qui s'est passé dernièrement pour la dame décédée des morsures d'un pitbull et des autres attaques répétées par ceux-ci contre des enfants et des adultes depuis quelques années.

Se référant à l'évolution, on nous enseigne que les chiens descendent des loups. Or les loups sont des animaux sauvages et violents comme on le sait. Ils courent pendant des heures pour épuiser leurs proies avant de les égorger et de les dévorer. On parle ici de proies imposantes telles que les caribous, les orignaux, ou les cerfs qui sont reconnus pour leur vitesse et leur endurance. Personne, je crois, n'autoriserait la présence de loups dans nos rues et sur nos trottoirs.

À mon avis, un molosse capable de tenir tête avec brio à un loup sauvage n'a pas sa place avec des humains, qu'ils soient en ville ou en campagne. Les gens sensés qui ont peur des loups ont tout aussi peur de ces molosses et ils ont plus que raison.

De plus en plus de gens militent en faveur de la santé animale et exigent des conditions de vie adéquates et respectueuses pour les animaux. Les cultivateurs en savent quelque chose et investissent des milliers de dollars à cet effet. Les vétérinaires qui se veulent des spécialistes du comportement animal sont en faveur des changements qui prennent place. Il est étrange cependant qu'ils ne reconnaissent pas la cruauté animale lorsqu'on confine dans un appartement toute la journée des chiens de grande taille qui ont tant besoin d'espace et d'exercice. Probablement que leurs portefeuilles les invitent à passer sous silence les vrais besoins des animaux et le respect des droits des gens qui désirent se promener en toute sécurité.

La peur des armes à feu nous a amenés à mettre en place des contrôles de plus en plus sévères à leur endroit. Pourtant ce ne sont que des objets qui ne peuvent agir d'eux-mêmes. Par contre, les molosses ou autres chiens du même acabit peuvent tuer d'eux-mêmes sans aucune difficulté comme on en a la preuve. Ces animaux, contrairement aux armes à feu, peuvent développer des troubles cognitifs tout comme les humains et devenir déments. Plusieurs propriétaires le constatent lorsqu'un molosse jusqu'alors gentil s'attaque à eux ou à leurs enfants. Ces propriétaires sont incapables d'expliquer pourquoi leurs chiens ont changé de comportement. Si on les enfermait quelques années comme leurs chiens, je pense qu'ils seraient en mesure de mieux saisir ce qui se passe.

Droits humains

Il est plus que temps de faire respecter les droits humains. Se promener sur la rue sans se faire importuner par des gens qui nous assaillent est un droit acquis que les autorités policières se chargent de faire respecter. Pourquoi serait-ce différent avec les molosses ou autres animaux du genre? On n'accepterait pas, j'espère, qu'un individu se promène avec un lion, un tigre ou un loup sauvage en ville ou en campagne.

Alors qu'attendons-nous pour agir dans le cas des chiens qui nous menacent ainsi que nos enfants? À mon avis, tout chien contre lequel un enfant seul se rendant en classe (5-7 ans) ou allant rejoindre un copain ne peut se défendre adéquatement devrait être interdit tout simplement.

Ainsi, je pense que tout chien de plus de 12-15 pouces de hauteur devrait être interdit à l'exception des chiens doux spécialement entraînés pour rendre service à des gens handicapés tels que Mira par exemple. Ces chiens de petite taille, il me semble, conviennent mieux à des endroits restreints et n'ont pas besoin de couvrir des kilomètres pour dépenser leur énergie. La marche que leurs maîtres leur font faire matin et soir devrait suffire à les maintenir en bonne forme physique et mentale.

Chers élus provinciaux, maires et échevins, réfléchissez un peu et agissez rapidement, car il ne faudrait pas qu'il y ait répétition de ce qui vient de se passer. La vie d'un être humain mérite qu'on la protège mieux que celle d'un chien.

Un citoyen qui a hâte de voir les élus utiliser davantage leur jugement.

André Belley, Québec 

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer