Les «arrêts de mort» du maire de Québec

Régis Labeaume... (Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

Régis Labeaume

Le Soleil, Erick Labbé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Point de vue
Le Soleil

Réagissant à l'actualité récente avec son impulsivité traditionnelle (et sans autre procès), le maire Labeaume a récemment «statué» sur le cas des pitbulls : ils doivent disparaître du paysage de la ville de Québec d'ici au 1er janvier 2017. En d'autres mots, très généreusement, il «donne» aux propriétaires l'occasion, pour les six prochains mois, de déménager dans une autre ville avec leur chien pitbull ou, plus simplement, de le faire euthanasier. On s'approche de l'arrêt de mort, tout simplement.

Par ailleurs, il y a seulement quelques semaines, le même Régis Labeaume, cette fois en sa qualité de président de la Communauté métropolitaine de Québec (CMQ), a encore sévi. Il a signé un autre «arrêt de mort». En faisant adopter le règlement 2016-74 et amendements, il donnait là aussi un délai de six mois aux propriétaires de lots non desservis par un réseau d'aqueduc et d'égouts public, dans la couronne nord de Québec, pour demander un permis de construire, selon les normes en vigueur. 

Cependant, tous n'ont pas nécessairement un projet de construire à si court terme. À l'expiration de ce (généreux) délai, s'il n'y a pas eu délivrance de permis pour ces lots non desservis, environ 400 propriétaires de Stoneham verront leur patrimoine annulé : la valeur de ces lots devient nulle - à moins d'un revirement majeur de situation. Et combien d'autres propriétaires ailleurs seront-ils ainsi affectés de cet «autre arrêt de mort»? Régis, un coup de téléphone à Denis, peut-être?

Cette seule décision de la CMQ a pour effet, notamment, de nier le fait que depuis des années, des milliers d'installations septiques ont été implantées légalement et adéquatement, à la suite de la délivrance de permis en bonne et due forme par les municipalités, et ce, conformément aux dispositions de la loi sur la qualité de l'environnement.

Un règlement ridicule

Ces fosses septiques avaient, depuis toujours, été jugées conformes par les instances gouvernementales mais, à partir du 20 octobre, elles ne le seront plus? Ridicule! 

Preuve évidente que ce règlement est à sa face même injuste, illogique et bâclé, des spécialistes en matière de protection de l'eau potable ont affirmé en public que les sources de recherche de la CMQ étaient grandement «perfectibles» c'est le moins qu'on puisse dire.

Quand M. Labeaume prendra-t-il acte pour réparer cette erreur magistrale? Nous ne lui en voudrions pas trop, s'il admettait son erreur et sonnait la charge auprès des concepteurs de ce règlement vicié.

Heureusement, les municipalités de Stoneham-et-Tewkesbury et Lac-Beauport prennent présentement action. Notre espoir de survie?

Pierre Aubé, Québec

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer