Adoption: nous avons trop attendu

La ministre de la Justice du Québec, Stéphanie... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

La ministre de la Justice du Québec, Stéphanie Vallée

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Point de vue
Le Soleil

Lettre à Stéphanie Vallée, ministre de la Justice

Pour une énième fois, nous nous adressons à vous pour vous sensibiliser à l'urgence d'agir dans le dossier qui nous concerne, soit d'apporter des modifications législatives aux lois actuelles qui régissent le monde de l'adoption et du post-adoption/retrouvailles au Québec.

Plusieurs interventions ont été faites depuis votre nomination et nous n'avons pour réponse que des phrases des plus vagues. Lors de la période de questions du 10 juin 2016, en soirée, Simon Jolin-Barrette vous a adressé une question claire et précise. Nous avons bien entendu, à chacune de vos interventions en Chambre, que vous étiez sensibilisée au dossier, mais en faits et gestes, rien.

Vous dites devoir étudier ceci ou cela, vous assurer d'avoir tous les éléments nécessaires, etc. Mais ce ne sont, à notre avis, que de belles phrases toutes mâchées à l'avance pour éviter de donner l'heure juste à vos concitoyennes et concitoyens concernés par le dossier. Pourquoi le Québec, province francophone, tarde tant à apporter les changements, comme l'ont fait la majorité des provinces anglophones?

Vous avez présenté plusieurs autres projets de loi depuis votre arrivée au ministère de la Justice, mais comme notre dossier est dans le «moulin législatif» depuis plusieurs années, il serait grand temps de s'en occuper. Nous le répétons à chacune de nos lettres et de nos demandes orales, la population vieillit, plusieurs personnes adoptées et leurs parents d'origine concernés sont déjà âgés de plus de 70 ans, s'ils sont toujours vivants. On parle ici d'un droit à l'identité qui n'est pas reconnu pour des milliers de gens adoptés au Québec et pour leurs parents d'origines.

Je vous envoie une vidéo produite par une adoptée, vivant aujourd'hui dans le sud de la France, et dont les parents adoptifs ont toujours été dans la région de Gatineau. Elle est à la recherche de ses origines. Prenez le temps de visionner le tout et vous comprendrez peut-être mieux l'importance de savoir, de connaître son identité : goo.gl/csesdV.

Le 10 juin, M. Jolin-Barrette a parlé de Raymonde Blouin, adoptée de 82 ans, toujours en quête de son identité. L'inaction prolongée du gouvernement, tous partis confondus, est très décevante pour elle et plusieurs autres dans la même situation. Pourquoi ne mérite-t-elle pas de savoir? Sa mère est décédée depuis nombre d'années. Elle, comme tous les adoptés, n'est pas responsable de sa naissance «illégitime». Par contre, le gouvernement est responsable de toute cette peine causée en les laissant en plan, dans l'ignorance.

Y a-t-il une volonté politique de changer la loi de l'adoption? Et, si oui, à quel niveau de priorité sommes-nous? Actuellement, je dois vous avouer que nous percevons beaucoup plus d'indifférence que d'intérêt de votre part.

En tant que ministre, vous n'avez pas de leçon à recevoir de tout un chacun. Sans vouloir être irrespectueuse, je crois par contre qu'un peu plus d'écoute, de compassion, d'ouverture d'esprit et de coeur, comme l'ont démontré d'autres ministres provinciaux au Canada, serait grandement recommandé dans ce dossier. Que devra-t-il arriver pour qu'enfin le Québec emboîte le pas?

Une adoptée me disait récemment : le mur de Berlin est tombé, mais le mur de l'indifférence ne semble pas près de s'écrouler au Parlement de Québec. Il serait urgent de regarder vers l'avenir au lieu de marcher les deux pieds tournés vers l'arrière.

Nous espérons que la période estivale vous laissera suffisamment de temps pour décider finalement d'aller de l'avant avec les modifications suggérées au fil des ans et que dès le début de la prochaine session parlementaire nous aurons droit à des changements, à une ouverture des dossiers d'adoption. Nous vous réitérons notre demande de rencontre afin de discuter de ce dossier.

Caroline Fortin, Présidente et coordonnatrice provinciale, Mouvement Retrouvailles - adopté(e)s - non adopté(e)s - parents

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer