Toutes les morsures ne sont pas égales

Bonjour Jean-François Cliche,Je lis régulièrement vos articles qui sont... (123rf/Thanawat Wongsuwannathorn)

Agrandir

123rf/Thanawat Wongsuwannathorn

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Point de vue
Le Soleil

Bonjour Jean-François Cliche,

Je lis régulièrement vos articles qui sont toujours très intéressants et très bien documentés.

Je me permets cependant de commenter votre article du 10 juin dernier sur la fausse solution pour les pitbulls. Dans cet article, vous comparez le nombre de morsures répertoriées dans les villes où le pitbull a été interdit, aux villes où il ne l'est pas. Vous mentionnez que la baisse des morsures a été plus significative dans les villes où le pitbull n'a pas été interdit et que cette différence n'est pas statistiquement significative. Sur cette base, vous concluez que bannir cette race est une fausse solution.

Il manque cependant une donnée très importante dans votre équation, la gravité des lésions infligées par une morsure de pitbull. Cette donnée est à mon avis la plus importante, car la morsure d'un pitbull n'inflige pas les mêmes dommages que celle d'un caniche. Un article paru dans La Presse le 7 mai dernier rapporte que les pires ravages infligés par un chien, selon le chef de la chirurgie plastique de l'hôpital Sainte-Justine de Montréal, le sont par des pitbulls. L'article mentionne que les morsures sont équivalentes à des blessures par balle ou à des morsures d'ours et rapporte aussi que selon trois études américaines, le pitbull attaque le plus souvent sans avoir été provoqué.

D'autres publications mentionnent que le pitbull est loin de dominer la liste des chiens mordeurs. Cela n'a aucune importance. Ce chien est un chien très dangereux au même titre qu'un animal sauvage. Il faut se rappeler d'où vient cette race de chien. Elle a été développée en Angleterre au XVIIIe ou XIXsiècle pour combattre les taureaux et les ours dans les arènes!

L'attaque d'un pitbull inflige des lésions très graves et hors de l'ordinaire, tel que rapporté dans l'article de La Presse, et je crois que c'est cette donnée qui devrait régir le choix d'interdire ou non cette race de chien. Si l'attaque d'un pitbull peut infliger la mort d'une personne, que ses attaques infligent des lésions importantes équivalentes à celles d'un ours et laissent des séquelles pour la vie, alors ce seul critère devrait prévaloir sur la décision de bannir cette race.

La décision de l'interdire devrait donc être basée sur l'importance des lésions affligées par l'animal et non sur le nombre d'attaques. Les blessures par pitbull auront ainsi disparu et les mesures de santé publique en seront améliorées.

Une seule attaque est de trop et la présence des pitbulls est un potentiel constant d'une attaque grave.

Mes salutations.

Jacques Blouin, Québec

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer