La gestion de l'offre a le dos large

Au Canada, dans la dernière année, les producteurs... (Photothèque Le Soleil, Yan Doublet)

Agrandir

Au Canada, dans la dernière année, les producteurs laitiers ont perdu 220 millions $ en raison des importations de lait diafiltré par les transformateurs qui substituent la protéine canadienne par ce concentré protéique liquide.

Photothèque Le Soleil, Yan Doublet

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Point de vue
Le Soleil

Depuis que le système de gestion de l'offre a été mis en place dans les années 70, il y a toujours eu des gens pour et des gens contre ce système. Au nom du libre-échange, il serait si facile de laisser tomber un système qui fonctionne bien, sous prétexte que les consommateurs en sortiraient gagnants. D'ailleurs, dernièrement, le député fédéral de Beauce s'est même permis d'en faire son cheval de bataille pour la course à la chefferie du Parti conservateur.

Pourtant, nombreux sont les pays qui ont déréglementé leur secteur laitier et qui n'ont pas observé de baisse de prix au consommateur. L'exemple de l'Australie est flagrant. Ce pays a déréglementé son secteur laitier en 2000. Depuis, les producteurs ont connu une diminution de 23 % du prix de leur lait alors que le prix des produits laitiers aux consommateurs a augmenté de 36 %. Les gagnants ne sont ni les producteurs ni les consommateurs.

Au Canada, dans la dernière année, les producteurs laitiers ont perdu 220 millions $ en raison des importations de lait diafiltré par les transformateurs qui substituent la protéine canadienne par ce concentré protéique liquide. Est-ce que les consommateurs sont plus riches de 220 millions $? Est-ce que le prix des produits laitiers a baissé sur les tablettes? Comment peut-on berner les consommateurs au point de leur faire miroiter une diminution du prix des produits laitiers si la gestion de l'offre est abolie?

On nous sert souvent que le lait est moins cher aux États-Unis et que ce serait attribuable au système de la gestion de l'offre. Le professeur Maurice Doyon, de l'Université Laval, cite quelques comparaisons intéressantes d'écarts de prix entre les prix à Québec et dans le nord de l'État de New York, en mars 2014 : le boeuf haché était 35 % plus dispendieux à Québec, les côtelettes de porc sans os 135 % plus dispendieuses à Québec, la bouteille de ketchup Heinz était 86 % plus dispendieuse à Québec, le Toyota Rav4 Limited (construit en Ontario) était 22 % plus dispendieux à Québec. C'est sûrement encore la faute de la gestion de l'offre, elle a tellement le dos large!

Les producteurs laitiers, d'oeufs et de volailles se sont dotés de ce système afin de pouvoir vivre décemment de la production en plus d'offrir des produits de qualité, avec des normes de salubrité et environnementales parmi les plus élevées au monde, aux consommateurs canadiens et ce, sans subventions de l'État. Il ne faut pas oublier que le consommateur est aussi le «payeur de taxes» qui devra contribuer aux subventions agricoles dans le cas d'une déréglementation. Car un pays qui dépend entièrement des autres pour se nourrir se met en position de vulnérabilité extrême. Cet aspect est souvent négligé de la part des fiers promoteurs du libre-échange qui ne pensent qu'à enrichir les plus riches au détriment de la classe moyenne!

Bruno Cyr, président, Producteurs de lait de Chaudière-Appalaches-Sud, Saint-Elzéar

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer