Loi 83: l'industrie de la construction pénalisée

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Point de vue
Le Soleil

Comment réagir quand le gouvernement décide, à la toute fin de la session parlementaire, de déposer un amendement à un projet de loi qui aura de lourdes conséquences sur toute une industrie? C'est la question que nous nous posons aujourd'hui puisque cette situation précise vient tout juste de se produire à l'Assemblée nationale.

En déposant tardivement un amendement au projet de loi 83, le gouvernement fait en sorte que plusieurs travaux qui sont présentement réalisés par des travailleurs et des entrepreneurs de l'industrie de la construction seront désormais effectués par des cols bleus ou d'autres employés municipaux. 

Bien évidemment, un tel changement aura d'importantes conséquences économiques sur l'industrie de la construction, ne serait-ce que par les pertes d'emplois et la diminution du nombre d'heures travaillées. Il est question de 7500 travailleurs de l'industrie qui pourraient être touchés et près de 7 millions d'heures de travail qui pourraient disparaître dans l'industrie. À notre sens, un changement avec de tels impacts, qui survient sans l'ombre d'une consultation, est totalement inacceptable. 

Par ailleurs, il constitue une bien mauvaise nouvelle pour le citoyen. Le gouvernement n'a pas fait d'étude d'impact économique pour s'assurer qu'à la fin, la réalisation de ces travaux ne s'en trouvera pas plus coûteuse. Selon nous, il ne fait aucun doute que le citoyen paiera davantage si ce sont des employés municipaux qui font dorénavant les travaux de rénovation et de modification aux bâtiments des villes. Nous pouvons certes débattre de cette hypothèse, mais le rôle du gouvernement, avant d'aller de l'avant avec des modifications qui peuvent avoir un impact sur le compte de taxes du citoyen, est justement de mener une étude sérieuse sur la question. Nous regrettons malheureusement qu'il ne l'ait pas fait avant de déposer l'amendement au projet de loi 83.

Revenons au processus ayant mené à ce changement. Nous nous expliquons très mal que le gouvernement ait déposé cet amendement à la dernière minute, et ce, alors que les consultations des différents groupes sur le projet de loi 83 étaient terminées depuis plusieurs semaines. Une question est sur toutes les lèvres : pourquoi une telle urgence à apporter ce changement?

Pour prendre le temps d'étudier comme il se doit les impacts d'un tel changement et de consulter tous les groupes concernés, dont l'industrie de la construction, nous demandons au gouvernement de revenir sur sa décision et de retirer cet amendement du projet de loi 83. Rappelons que le gouvernement s'est engagé à une grande transparence lorsqu'il est arrivé au pouvoir. Le retrait de l'amendement respecterait cet engagement.

François-William Simard, vice-président Communications et Marketing, Association des professionnels de la construction et de l'habitation du Québec

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer