Une vision de l'éducation fondée sur la recherche

Selon la présidente par intérim du Conseil supérieur... (123rf/dolgachov)

Agrandir

Selon la présidente par intérim du Conseil supérieur de l'éducation, Lucie Bouchard, les activités et les recherches menées par le Conseil permettent de développer une vision globale et prospective de l'éducation, à tous les degrés scolaires.

123rf/dolgachov

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Point de vue
Le Soleil

Au cours des dernières semaines, certaines interventions dans les médias ont fait référence au rôle du Conseil supérieur de l'éducation et à ses modes de fonctionnement. Aujourd'hui, j'estime qu'il est important d'apporter certaines précisions sur ces questions, notamment au regard de la place occupée par la recherche dans la production des avis du Conseil.

Le Conseil supérieur de l'éducation a été créé en même temps que le ministère de l'Éducation du Québec. Il est institué en tant que lieu privilégié de consultation, d'analyse et de réflexion en vue du développement d'une vision globale et prospective de l'éducation.

Il a pour fonction de conseiller le ministre de l'Éducation, du Loisir et du Sport et la ministre responsable de l'Enseignement supérieur sur toute question relative à l'éducation, et de leur proposer, pour soutenir la prise de décision, une réflexion critique alimentée par la recherche, par la consultation d'experts et d'acteurs de l'éducation et par la délibération de ses membres. Depuis plus de 50 ans, le Conseil contribue, à l'intérieur des institutions démocratiques et à l'abri des groupes de pression, à la réflexion et à l'évolution du système d'éducation du Québec, de la petite enfance à l'âge adulte.

Ses membres proviennent à la fois du milieu de l'éducation, de celui de la recherche et de la société civile. Au total, ce sont plus de 100 personnes qui, par leur engagement citoyen et à titre bénévole, contribuent aux travaux du Conseil et de ses instances. Il s'agit d'un espace de délibération qui prend en considération les résultats de la recherche et de différentes consultations réalisées, mais également une lecture citoyenne des besoins, des priorités et des enjeux en présence.

Aussi, une brève consultation des avis publiés permet de constater que la recherche occupe une place essentielle dans les travaux du Conseil et qu'elle est au coeur de sa réflexion et de celle de ses instances. À titre d'exemple, mentionnons l'avis Pour soutenir une réflexion sur les devoirs à l'école primaire, qui présente une revue de la littérature qui fait le point sur l'opinion des parents et des enseignants concernant les bénéfices attendus des devoirs. L'avis présente une synthèse de ce que la recherche scientifique permet de conclure sur l'effet des devoirs sur les résultats scolaires et sur les habitudes de travail des élèves. 

Ainsi, le Conseil analyse et utilise les résultats de recherches et d'enquêtes scientifiques existantes au Québec et ailleurs dans le monde dans ses réflexions. Il produit également de nouvelles connaissances, par exemple par la tenue d'enquêtes ou de groupes de discussion, selon les besoins. La recherche constitue donc l'un des maillons essentiels dans le processus d'élaboration des avis.

D'ailleurs, en plus de l'expertise et de l'expérience de ses membres, le Conseil est appuyé dans ses travaux par des professionnels de haut niveau. Tous les professionnels de la permanence du Conseil sont titulaires d'une maîtrise ou d'un doctorat dans des domaines tels les sciences de l'éducation, l'anthropologie, la sociologie, les sciences politiques et la philosophie.

Si le Conseil est bien ancré dans les milieux éducatifs, il n'est pas non plus le simple écho de leurs préoccupations. Il confronte ce qu'il entend aux savoirs issus de la recherche et aux encadrements institutionnels existants et, grâce aux contributions des membres du Conseil, il propose une vision partagée et pragmatique non seulement de ce qui est possible immédiatement, mais aussi de ce qui est souhaitable à moyen et à long terme. Son influence s'inscrit donc dans la durée.

Je suis profondément convaincue que le Conseil, par son écoute des milieux et des acteurs, par la prise en considération avisée des résultats de la recherche de même que des savoirs d'expérience et par la vision large de son rôle, fait oeuvre utile et contribue à l'amélioration continue du système d'éducation québécois. 

Lucie Bouchard, secrétaire générale et présidente par intérim, Conseil supérieur de l'éducation

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer