Sommes-nous les gardiens de l'éthique des pharmaciens?

Si l'Ordre des pharmaciens du Québec a des... (Archives La Presse)

Agrandir

Si l'Ordre des pharmaciens du Québec a des preuves que certaines résidences privées pour aînés ont commis un acte illégal, il est de sa responsabilité d'agir et de dénoncer le tout au ministère de la Santé, souligne l'auteur.

Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Point de vue
Le Soleil

À la suite d'allégations entendues sur les ondes du 98,5 FM à l'émission «Puisqu'il faut se lever» de Paul Arcand concernant des pharmaciens contrevenant à leur code de déontologie dans leur relation avec des résidences privées pour aînés, le Regroupement québécois des résidences pour aînés (RQRA) souhaite remettre les pendules à l'heure.

D'entrée de jeu, nous tenons à le dire et à le répéter : nous ne tolérerons jamais que des résidences pour aînés membres de notre organisation ne respectent pas la loi ou desservent mal les aînés qui y résident! En partant de cette prémisse, nous concevons mal que des allégations sans aucune preuve ou aucun fondement soient ainsi faites sur de potentiels « stratagèmes » mis sur pied par des gestionnaires de résidences pour aînés afin de soutirer des sommes d'argent aux pharmaciens et pharmaciennes.

Il est vrai que les résidences pour aînés du Québec offrent souvent à des pharmaciens, indépendants ou membres d'une bannière, de servir leur clientèle selon leurs besoins. Les pharmaciens ont toujours démontré leur grand intérêt à servir cette clientèle et jusqu'à preuve du contraire, les aînés qui ont accès à un service pharmaceutique dans ou à proximité de leur résidence sont heureux d'en bénéficier. Par contre, si des pharmaciens reçoivent des demandes auxquelles ils ne peuvent donner suite sans enfreindre leurs obligations déontologiques, nous jugeons que ces derniers doivent rapidement porter plainte. Dans la même veine, si l'Ordre des pharmaciens du Québec a des preuves que certaines résidences privées pour aînés ont commis un acte illégal, il est de sa responsabilité d'agir et de dénoncer le tout au ministère de la Santé et des Services sociaux, instance responsable de la certification des résidences pour aînés.

Il est grand temps d'arrêter de casser du sucre sur le dos de toutes les résidences privées pour aînés qui offrent, au quotidien, un milieu de vie de qualité aux aînés à travers le Québec. Il n'est pas et ne sera jamais de la responsabilité des résidences pour aînés de veiller au fait que les pharmaciens respectent leur code de déontologie. C'est bien là le mandat de l'Ordre des pharmaciens du Québec.

Le RQRA demeure ouvert à collaborer en toute bonne foi avec l'Ordre des pharmaciens du Québec et ses membres afin d'assurer le maintien de la qualité des services pharmaceutiques offerts aux aînés en résidences privées pour aînés. Cette collaboration ne doit cependant pas se faire au détriment de la réputation de l'ensemble des propriétaires de résidences.

Yves Desjardins, président-directeur général du Regroupement québécois des résidences pour aînés

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer