Aide médicale à vivre

Plutôt que de les aider à se suicider,... (photo shaun best, archives reuters)

Agrandir

Plutôt que de les aider à se suicider, il serait plus humain et plus responsable d'aider les personnes malades, handicapées ou en perte d'autonomie à vivre en leur procurant des soins adéquats et bienveillants, estime l'auteur.

photo shaun best, archives reuters

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Point de vue
Le Soleil

Comme vous depuis plusieurs semaines, j'entends parler de la loi sur l'aide à mourir. Après réflexion, je me demande pourquoi on ne devrait pas demander aux gouvernements de mettre beaucoup plus d'argent pour engager davantage de personnel compétent pour répondre aux besoins des personnes malades, handicapées ou en perte d'autonomie.

Plutôt que de les aider à se suicider, il serait plus humain et plus responsable de les aider à vivre en leur procurant des soins adéquats et bienveillants. Peut-être croyez-vous que je n'ai pas suffisamment connu de personnes souffrantes? Détrompez-vous, car je fais du bénévolat depuis plus de 20 ans dans des centres pour personnes non autonomes. J'ai pu profiter de moments inoubliables auprès d'eux lors d'activités ou de sorties spécialement adaptées pour leur faire passer des heures agréables.

Malgré leurs capacités diminuées, pensez-vous vraiment qu'elles veulent mourir? Comme nous, il arrive parfois qu'elles se portent moins bien à cause d'un malaise, d'une mauvaise nouvelle, d'une difficulté passagère. Alors qu'est-ce qui fait que ces personnes éprouvées ont le goût de poursuivre leur route? Elles sont entourées d'amour. Mais quel amour! Présence chaleureuse, écoute attentive, compréhension, sourire et l'assurance de soins palliatifs en fin de vie.

Ces soins sont essentiels et bénéfiques à toutes les personnes qui vivent leurs dernières heures sur terre. Quelques membres de ma famille, dont mon bon papa, ont pu avoir cette fin de vie dans la dignité. Comme nous avons été créés libres, c'est certain que chacune et chacun de nous ont le privilège de choisir. Nous devons donc nous respecter, mais je crois que nous avons également le devoir de réfléchir sérieusement avant de prendre une décision qui engage nos derniers moments. Personnellement, je suis persuadée que mourir dignement ce n'est pas demander de l'aide pour se suicider.

Je pense aussi aux aidants naturels qui dépensent des énergies incroyables et qui souvent se rendent jusqu'à l'épuisement. Ne devrions-nous pas insister pour que les dirigeants des différents paliers de gouvernement apportent également le soutien nécessaire dont toutes ces personnes si indispensables et extraordinaires ont besoin.

Comme vous pouvez le constater, je suis pour l'aide médicale à vivre. Peut-être connaissez-vous des moyens harmonieux, mais fermes pour forcer ces dirigeants gouvernementaux à agir en ce sens plutôt que de demander aux médecins d'être complices de suicides.

Micheline St-Pierre, Québec

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer