Le Centre Durocher et l'équité sociale

L'auteur de cette lettre souhaite que le bâtiment du... (Photothèque Le Soleil, Yan Doublet)

Agrandir

L'auteur de cette lettre souhaite que le bâtiment du Centre Durocher reprenne la place qu'il a toujours occupée dans la vie sociale et culturelle de la ville de Québec.

Photothèque Le Soleil, Yan Doublet

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Point de vue
Le Soleil

«Ce que tu veux faire pour nous, si tu veux le faire sans nous, tu risques de le faire contre nous». Ce proverbe africain décrit bien le conflit dans lequel les citoyens de Saint-Sauveur se retrouvent face au «choix politique» de l'administration Labeaume de laisser démolir le bâtiment du Centre Durocher pour faire place à un immeuble d'habitation. Ce choix est déchirant parce que nous sommes tous d'accord sur le fait que le logement social est nécessaire et que les besoins sont criants. Mais l'immeuble du 290, rue Carillon est trop important pour le bien-être de tout le quartier et sa situation historique et géographique le démontre clairement.

Depuis plus de deux ans, nous avons organisé consultations, manifestation, représentations au conseil municipal, au conseil d'arrondissement et au conseil de quartier en plus de recueillir plus de 2000 signatures dans une pétition, sans compter les centaines d'artistes et de commerçants en accord avec notre projet. Le comité de sauvegarde du Centre Durocher a donné des conférences de presse et plusieurs lettres d'opinion ont été publiées. Pourtant, la conseillère municipale nous répond que le projet est «canné» et que, de toute façon, il relève du domaine privé. Le maire nous dit qu'il n'y aura pas de moratoire ni de référendum contraignant et démocratique. Et pendant les derniers mois, le municipal a modifié le zonage et cédé la partie du terrain qui manque au promoteur.

On se fait dire : «Mais qu'est-ce que vous voulez au juste? Vous n'êtes jamais content?»

Nous voulons que le bâtiment du Centre Durocher reprenne la place qu'il a toujours occupée dans la vie sociale et culturelle de la ville de Québec. Il faut des investissements majeurs dans les mises aux normes et un réaménagement architectural à l'intérieur comme à l'extérieur. Cette valeur ajoutée doit privilégier une meilleure intégration avec le parc Durocher et un effort pour combattre l'effet «îlot de chaleur». Son entrée principale doit être préservée et les aspects «art déco» mis en valeur. Le stationnement à l'ouest et les rues Carillon et Raoul-Jobin peuvent accueillir une quinzaine d'arbres et les surfaces végétalisées.

Le réaménagement intérieur doit faire place à un auditorium polyvalent qui peut accueillir cinéma, théâtre, spectacles, conférenciers, conteurs, etc. Une salle qui peut être un lieu de diffusion pour les grands événements. Une salle d'exposition pour valoriser et faire connaître les réalisations des artistes et artisans de notre milieu et de toutes les cultures présentes dans notre ville et d'ailleurs.

Le troisième volet de notre projet culturel est une bibliothèque de proximité de la même importance que ceux des quartiers qui nous entourent. Un lieu accueillant et sécuritaire où les enfants, les ados, leurs parents, les personnes âgées, nouveaux arrivants et les élus municipaux vont se trouver au même niveau social et seront égaux devant l'accès à l'informatique, à la lecture sous toutes ses formes et à la démocratisation du savoir. Ce sera un outil de première ligne contre le décrochage scolaire, l'analphabétisme et l'exclusion sociale. L'offre de services peut inclure un guichet de caisse populaire, un comptoir postal, des locaux pour les services sociaux, une garderie, etc. 

Une chose est très claire pour nous : la revitalisation de la rue Saint-Vallier et le coeur de notre quartier passe nécessairement par la création d'un pôle d'attraction qui est le Centre Durocher revu et amélioré. L'égalité des chances pour les résidents de «Saint-So» exige une infrastructure communautaire et un partage de ce qu'il y a de plus enrichissant : l'expression culturelle. Ce n'est rien de moins que l'égalité sociale que nous demandons et que la culture soit «payante» pour tous.

Le règlement de ce conflit nous semble évident, soit un moratoire sur la démolition et un référendum contraignant sur l'avenir du Centre Durocher et son avenir public ou privé. Un exercice démocratique et transparent qui doit laisser à la population le droit de s'exprimer.

Michael Parrish, Québec

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer